Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

Chanson de Noël

mercredi 2 juillet 2014

Miguel Torga et Coa


 
Source photo:http://www.anossaescola.com/cr/webquest_id.asp?questID=1458 
C’est un poéme de Miguel Torga (1907-1995) avec ma traduction libre (non professionnelle)

Regresso / Retour
 
Regresso às fragas de onde me roubaram. Je reviens vers les falaises d’où on m’a dérobé.
Ah! minha serra, minha dura infância! Ah! Ma montagne, ma dure enfance!
Como os rijos carvalhos me acenaram, Comme les durs chênes m’ont salué,
Mal eu surgi, cansado, da distância! À peine ai-je surgi, épuisé, par la distance!
 
Cantava cada fonte à sua porta: Chaque fontaine chantait à sa porte:
O poeta voltou! Le poète est rentré!
Atrás ia ficando a terra morta Derrière s’étendait la terre morte
Dos versos que o desterro esfarelou. Des vers que l’exil avait émiettés.
 
Depois o céu abriu-se num sorriso, Puis le ciel dans un sourire s’ouvrit,
E eu deitei-me no colo dos penedos Et je me suis couché dans les bras des rochers
A contar aventuras e segredos Tout en contant des aventures et des secrets
Aos deuses do meu velho paraíso. Aux dieux de mon ancien paradis.
 
Source photohttp://drcn.do.sapo.pt/
MIGUEL TORGA (de son vrai nom Adolfo Correia da Rocha) est un poète portugais du XXe siècle, né en 1907, dans un village de la région de Trás-os-Montes, à l’extrême nord-est du Portugal.  
On peut suivre un peu sa vie, d’abord par ses études dans un séminaire de la ville de Lamego. En 1920, vers l’âge de 13 ans, son père l’envoie au Brésil où il devait travailler dans la ferme de son oncle. Cependant le jeune homme continue ses études. En 1925 il revient au Portugal pour entreprendre des études de médecine à Coimbra.
Tout en obtenant son diplôme de médecin, il est profondément attiré par l’écriture, et consacre une partie de son temps à la création d’une vaste oeuvre littéraire.
Médecin, romancier et poète, Miguel Torga voue une grande passion pour sa région natale.
On le dit humaniste, soucieux des valeurs humaines; il défia la dictature pendant de nombreuses années de sa vie.
Dans le Portugal profond de Trás-os-Montes, cette région rude aux accès autrefois difficiles, Miguel Torga se ressourçait auprès des arbres centenaires et dans une communion privilégiée avec les forces de la nature.
 
Dans la région de Trás os Montes, il y a une ville qui s’appelle Vila Nova de Foz Côa. Puis il y la riviére Côa qui est un affluent du fleuve Douro.

Et puis il y a la Vallée du Côa (Val do Côa), le domaine des gravures rupestres du paléolithique (environ 20.000 ans). Je vous invite à parcourir ce local sauvé des eaux par l'arrêt de la construction d'un barrage:

Uma Visita ao Parque Arqueológico do Vale do Côa / A Visit to the Côa Valley Archaeological Park Publie par MuseudoCoa 



Le parc archéologique de la Vallée du Côa s’étend de part et d’autre du lit de la rivière du même nom. Il a  été classé au le Patrimoine Mondial par l’Unesco em 1998.

Il est écrit que l’existence des gravures était déjá mentionné dans plusieurs écrits du siècle passé. Cependant ça sera entre 1992 et 1995 que les études des archéologues qui accompagnaient les travaux de construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Côa, ont mis à jour l’importance des gravures, une longue galerie d'art rupestre à ciel ouvert.

La construction du barrage menaçait tout le site, car une fois fini, le lac de barrage irait innonder la vallée. Une mobilisation importante, sous le théme "les gravures ne savent pas nager” mena à la suspension des travaux du barrage. On trouve beaucoup de textes sur le net sur le sujet, je me permets de copier deux extraits:.

« ...le barrage en projet menace d’engloutir à jamais les magnifiques représentations d’animaux de l’époque glaciaire, les aurochs (ancêtres des taureaux actuels, pesant le double de poids), les chevaux, les chèvres, les chamois et bouquetins. Naît alors le mouvement anti-barrage, première grande mobilisation civique du Portugal. Des jeunes installent leurs tentes sur les pelouses du monastère des Jeronimos à Lisbonne en signe de protestation, les intellectuels se mobilisent et les politiques entrent en jeu. Le président de la République de l’époque, le charismatique Mario Soares, reprend à son compte le thème d’un rap célèbre et lance un : « Les gravures ne savent pas nager », qui met un terme au projet du barrage »

"...Le patrimoine mondial s'est enrichi en 1994 par la découverte du plus grand complexe d'art rupestre paléolithique en plein air, connu à ce jour.    
Il y a environ 20 000 ans que l´homme a gravé des milliers de figures représentant des chevaux et des bovidés sur les roches schisteuses de la vallée du Côa, affluent du fleuve Douro, dans le nord-est du Portugal. Le projet de construction d'un barrage dans la vallée, qui en a permis la découverte, a été abandonné à la fin de l'année 1995..."Source:http://www1.ci.uc.pt/fozcoa/fr.index.HTML

14 commentaires:

  1. c'est superbe cet endroit une belle découverte
    et je comprends que ce poète soit amoureux de ce lieu si beau et lui dédie ses mots
    bisous

    RépondreSupprimer
  2. Merci mon Angie pour ce beau partage, il est très beau ce poème, ce parc est très beau rafraîchissant et bien verdoyant, c'est vraiment du plaisir chaque semaine de découvrir tant de beaux endroits de ton beau pays sur ton blog ma tendre amie.
    J'ai bien eu tes deux coms mon Angie, mais j'ai modéré mes coms sur Eklablog (comme tu le fais ici) à cause de spammeurs sur Eklablog.
    Bel AM ma douce amie du bout du monde et de gros bisous d'amitié.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Angie,
    Quel dommage ce serait de perdre ce patrimoine ! je me souviens en lisant ton article que j'en avais entendu parler. Et où en est ce projet à présent ? j'espère qu'il est tombé dans les oubliettes.
    Je t'embrasse et te souhaite un excellent week-end.

    RépondreSupprimer
  4. riche idée que de mettre la double langue

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir ma douce,
    C'est un lieu enchanteur, ce poète en a fait un très beau poème.
    Il y a de quoi aimer ton pays, il est très vert, bref, c'est magnifique.
    Il faut surtout se battre pou garder ce lieu .
    Ce serai trop bête de perdre cela.
    Bonne soirée ma doucette, gros bisous.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour ma douce,
    Je passe te souhaiter un bon week-end.
    Je t’envoie plein de tendresse et mon amitié sincère.
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour ma douce,
    Je passe avec une douce mélodie pour bercer ta journée de bonheur,
    de joie et de tendresse.
    Je t'envoie un vent de bisous.

    RépondreSupprimer
  8. Salut
    je te souhaite un agréable dimanche
    chez nous il pleut
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  9. Une page de l actualité qui a permit de mobiliser toutes les forces politiques afin d éviter un désastre de plus.Ces figures rupestres sont très intéressantes, car ces témoignages ne sont pas si nombreux.
    Bonne soirée Angie
    Latil

    RépondreSupprimer
  10. un paysage qui mérite d'être protégé pour que la nature continue à vivre dans que la main de l'homme vienne la perturber
    bisous

    RépondreSupprimer
  11. Chère Angie,
    J'ai relu avec plaisir le poème de ton article, c'est beau !
    J'espère que tu as passé un bon week-end, ici il pleut depuis hier.
    Je voulais te dire que j'ai lu les cerfs-volants de Kaboul et que j'en avais fait également un article. Il vaut le coup aussi.
    Pars-tu en vacances bientôt ?
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. intéressant personnage où le poème est aussi intéressant

    RépondreSupprimer
  13. je passe te souhaiter une bonne soirée
    bisous

    RépondreSupprimer

Je serais ravie de recevoir vos commentaires. Ils seront moderes avant d etre publies. Merci.