Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

dimanche 28 juillet 2013

Farol, ile du phare en Algarve


 
Le Portugal est tout de même synonyme de soleil et de ciel bleu, et je me remets à choisir des photos aux couleurs de l’azur.

 
Mais d'abord voici le petit restaurant de Olhão, une ville située à l’est de Faro, où nous avons déjeuné à midi en ce dimanche début juillet.
 
 

 
La spécialité est le poisson grillé. Il faut dire que Olhão est une ville de pêcheurs depuis toujours.
Assis en terrace, nous avons mangé à volonté les poissons de différentes espèces qu’on nous servait grillés, accompagnés de pommes de terre en robe des champs et de salade de tomates.

Quelques images des constructions cubiques de cette ville du sud du Portugal, sans oublier les façades typiques tapissées d’azulejos.


Il n’y a pas de plages à Olhão, car la ville est baignée par la lagune Ria Formosa. Il faut prendre les bateaux qui nous transportent vers les îles.

Voici le guichet, qui ne paie pas de mine, mais qui remplit sa fonction, car dans la petite cabine il y a quelqu’un qui nous vend des billets.
Il faut choisir sa destination, soit l’île d’Armona que nous avons visité auparavant, à quelques 15 minutes de distance, soit l’île Culatra, soit l’île du Farol vers laquelle nous nous dirigeons.
L’embarcadère remplit sa fonction aussi. Cela nous vaut une promenade d’environ 40 minutes de bateau en partant de Olhão.
 

Plusieurs bateaux traversent le canal de la Ria Formosa pour transporter les visiteurs sur les plages des îles. Sous un climat doux et beaucoup de soleil, il y a toute l’année des navettes regulières, mais tout de même plus fréquentes en été.

L’île du Farol doit son non au phare qui y est installé, car phare se dit farol en portugais. On l’aperçoit  de loin à mesure que l’on s’approche de son île.

 
 
Avant d’arriver à l’île du Farol, on passe devant l’île de Culatra. Beaucoup de touristes avec un billet pour le Farol, descendent là, car ils croient qu’ils sont au bout du voyage, lorsque le bateau accoste au quai de la Culatra!
Ils se trompent d’île simplement. La pancarte en bois accrochée à l'embarcadère de l'île avec le nom “Culatra” est vraiment trop petite.
 L'île de Culatra au 1er arrêt
 
Cette fois c’est la bonne île, dominée par son phare peint en blanc.

L'île du Farol est au 2eme arrêt.
 
 
 
 
 
 
 
Des petites maisons blanches réhaussées de decorations variées et de couleurs claires parsèment l’étendue sablonneuse de l'île.
 
 
Il n’y a pas de voitures, seulement quelques vehicules à deux roues circulent par-ci  par-là.

 

 
 
 
 
Les chemins d’accés à la plage  sont  délimités par les jardins des habitations.
 
Et les couleurs de l’azur redoublent d’intensité lorsque nous rejoignons l’Atlantique.
 

 

Un arrêt au petit bar s’impose pour un petit café et des refraîchissements. 

 


  



 
 
Nous retournons en disant au revoir au bar de la plage. Sans doute fatigué de surveiller le large, le phare blanc semble nous surveiller de près.
 
Il nous domine de tous les côtés!
 
 
 
 
Il est temps de revenir car il nous faut arriver à temps pour reprendre le bateau. Nous avons bien pris note des heures d’aller et retour.
En chemin, nous rencontrons cette ancre qui fait sa pause de yoga!

Voilà le bâteau qui vient nous chercher pour nous ramener à Olhão.

 
Pour la musique, les enfants du groupe folklorique de Faro, vidéo publiée par vaquerinho (merci pour le partage)
RANCHO INFANTIL DE FARO " NOSSO ALGARVE "
 



 

jeudi 18 juillet 2013

Continuation sur les mille visages de Porto


 
À Porto, sur les traces de l’histoire liée à  Gustave Eiffel. 
 
Le pont ferroviaire Maria Pia à Porto
Il existe un premier pont ferroviaire métallique "Maria Pia" qui enjambe le fleuve Douro, celui qui est le plus en amont, et qui est l'oeuvre de l'ingénieur français Gustave Eiffel, construit en 1877. Ce pont, qui de nos jours se trouve desaffecté,  aura bénéficié d'une technique innovante dont le résultat a activé la renommée de cet ingénieur et augmenta la liste des commandes de ses clientes

Le pont D. Luís à Porto
J’ai visité plusieurs textes: le second pont métallique, le pont Luis Ier, que tout le monde trouve impressionant, avec ses deux tabliers superposés, a été construit en 1886 et est aussi de la même technique car construit par Théophile Seyrig´, un associé de Gustave Eiffel.

 
Porto Saint Jean I publié parlusolyon
La nuit de la Saint Jean, un grand feu d’artifice illumine le ciel de Porto. J’ai cherché une vidéo qui montre la fameuse cascade lorsque le feu d’artifice se “jette” du tablier supérieur du pont Luis Ier. en versant ses jets de couleur dans l’eau sombre du fleuve Douro.


S. João do Porto - 23.06.2011 - Fogo parJorge Portojo
Il n’est pas facile de filmer la nuit, mais cela donne une idée. Je vous invite à voir d'autres images du feu d’artifice que tous les visiteurs admirent à Porto, voici un lien: feu d'artifice de la Saint Jean. A la minute 3, il y a la jolie cascade.

J’ai pensé aussi qu’il fallait mieux écricre sur la Saint Jean de Porto après que l’évènement soit bien fini, de peur que certaines séquences ne soient susceptibles de choquer!
 
 
C’est que le soir de la Saint Jean, dans cette ville du nord du Portugal, tout le monde est armé...
C'est l’arme des festivités du saint patron de Porto: 
La coutume veut que l’on brandisse le petit marteau en plastique pour cogner sur la tête des passants, qui bien sur ripostent de la même façon, avec le sifflement caracteristique de cet objet traditionnel.
C’est le 23 Juin au soir que cela se passe, a voir ICI.

Il y les processions bien sur car on n’oublie pas le saint Jean, mais la partie plus profane gagne bien vite de nombreux disciples, en ces jours du 23 et 24 Juin.

Tout le monde se dirige vers le centre-ville et la ville basse dont les ruelles sont pleines de décorations et des guirlandes aux couleurs vives.
 
Les sardinades envahissent les places, et le “caldo verde” (la traditionnelle soupe de choux verts) est prêt à être distribué.

On s’offre aussi des pots plantés de basilic qui est sensé porter bonheur. Dans chaque pot, on accroche un petit poème sur l’amour ou l’amitié.


Leandro - Tenho medo de amar" et "Caso Sério" publié parLeandropttube
Leandro un jeune chanteur portugais qui chante des chansons d'amour
La musique se propage dans les rues.
La tradition veut qu’on lance des ballons des ballons d’air chaud vers le ciel étoilé.
Dans les places il y a des défilés de groupes folkloriques, de danseurs et de musiciens, et des concerts d’artistes populaires.

C’est une fête qui attire chaque année des milliers de visiteurs à Porto, qui rendent hommage au saint patron de cette ville du Portugal.

vendredi 12 juillet 2013

Porto aux mille visages



Décrite comme la deuxième ville du Portugal ou la capitale du nord, la ville de Porto est de plus en plus étudiée et classée comme une destination à ne pas manquer lorsqu’on visite le Portugal.

On peut s’approcher de la ville à partir du fleuve Douro qui présente ses rives et versants escarpées où les habitants ont accroché des églises et des d’habitations. 
 

 
La palette colorée du vieux Porto s'expose le long du fleuve.
 
La ville de Porto s’explore lorsqu’on s’aventure dans les petites ruelles qui remontent à partir des quais, cette zone aux brises fluviales qui s’appelle la Ribeira”.



C’est une découverte à pied car il faut du temps pour faire cette promenade le long du fleuve, profiter d’un des restaurants typiques qui y séjournent, et prendre des photos dans les rues tortueuses qui recèlent  de surprises architecturales en suivant des façades patinées par les siècles.


Le centre historique de Porto est classé Patrimoine mondial de l’Unesco.




Porto se découpe sur des collines, car le Portugal est en général assez montagneux. Ainsi il faut monter et redescendre un bon nombre de fois, tout en surplombant le fleuve.
Il est aussi intéressant de profiter du funiculaire qui en quelques minutes nous transporte de la ville basse au pied du pont, jusqu'à la hauteur de la colline tout près de la cathédrale.
 


Il est aussi possible de se promener sur les ponts eux aussi considérés comme des oeuvres d’art, et dominer de la vue le passage des bateaux de croisière ou des barques typiques les “Rebelos”, l’ancien moyen de transport du vin de porto.

 

 

C’est aussi une invitation à une promenade sur le fleuve Douro, fleuve mythique dont les hommes craignaient la montée des eaux et la violence du courant, mais qui depuis a été frainé par de nombreux barrages et écluses.


 
Le centre-ville de la deuxième ville du Portugal est plein de vitalité, avec des marchés et des boutiques traditionnelles.

 
C’est le domaine des monuments historiques, religieux et non religieux. Le baroque se déploie pour se faire admirer dans les églises aux intérieurs recouvertes de dorures ou les façades de granit sculptées par les artisans de la pierre.

 
Un autre siècle se dessine dans l’architecture imposantes de l’avenue des Aliados, un point central de Porto, où s’installent grands magasins, bars et restaurants, administrations, musées...









Il y a des visiteurs qui attribuent à Porto la qualification de cité romantique. Peut-être en résultat de cette assocation entre la tradition et la modernité qui raconte des histoires à chaque coin de rue, dans un mélange d’art baroque, gothique, roman ou néoclassique.

Il nous faut reprendre la voiture pour continuer par les grandes avenues, à la découverte d’autres visages de la ville de Porto, ses parcs et jardins, les rives et tout l’espace qui encadre le magnifique estuaire du fleuve qui baigne la ville.



Porto in Portugal - home of Port wine - Porto tourism - Porto turismo
Publiée le 24 janv. 2013
Europe Video Production