Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

dimanche 30 octobre 2011

Portuguese Halloween



Les Portugais ont adopté l’Halloween et l’ont appelé plus familièrement Dia das Bruxas (Jour des Sorcières), soit le jour du 31 Octobre.

Cet enjouement est peut-être aussi dû au goût prononcé des Portugais pour les déguisements avec les nombreux Carnavals qu’il y dans le pays.

Mais il y aussi confusion en ce qui concerne ces trois jours qui se suivent. J’ai fait un peu de recherches : Halloween est une fête anglo-saxonne d’origine païenne, dont le nom vient de All-Hallows-Even (evening) c’est à dire la nuit de avant le All Hallows day,  (le Jour de Tous les Saints, la Toussaint)


Comme le jour de la Toussaint (Todos os Santos en Portugais) est un jour férié, c’est ce jour là que le plus souvent on rend visite aux cimetières; même si le jour de la Commémoration des défunts, ou Jour des Morts, n'est que le lendemain, le 2 Novembre. De nombreuses personnes commencent à fleurir les tombes de leurs proches dès le 31 Octobre jusqu’au 2 Novembre.

La tradition plus moderne de fêter l’Halloween au Portugal veut que les enfants et les adultes se déguisent suivant l’influence anglo-saxonne.

Pour l’Halloween, ou jour des sorcières, on utilise un mélange des symboles des trois célébrations, empreints de magie, de mystère, d’allusions aux morts-vivants, sorcières, diables, et toutes sortes d’horreurs sans risques, rien que pour s’amuser bien sûr!
Il y a des petites fêtes d’Halloween en famille, entre amis, aux restaurants, en discothèque, et des bals costumés. 

Certaines villes préparent des programmes d’animation qui attirent des visiteurs en ce période de l’année où les mouvements touristiques sont plutôt en baisse. 
La ville de Vilar de Perdizes est connue pour son "festival de l'occulte"





En l’honneur des nombreux résidents d’origine anglo-saxonne, la mairie de Loulé (une ville du centre de l’Algarve), préparait une parade de l’horreur pour célébrer l’Halloween.


J’ai trouvé cette vidéo de 2009 sur le net (je remercie l’auteur pour le partage!)
Il faut dire que depuis l’année dernière,  cette fête a disparu de la programmation de la mairie. J’ai entendu parler de deux versions. Une serait que la crise a rendu obligatoire la réduction des dépenses municipales.

L’autre serait que la trop grande proximité des célébrations catholiques de la Toussaint et du Jour des Défunts est incompatible avec l’ostentation de la disco, des citrouilles et autres symboles « sataniques » qui ensemençaient la ville jusqu’au matin du jour suivant, et devaient attendre que les camions-poubelles arrivent et puissent nettoyer les restes de la fête.

jeudi 27 octobre 2011

Qui etait Saint Jean de Dieu


Saint Jean de Dieu (São João de Deus) un nom aux sonorités religieuses ; on le voit dans beaucoup de pays attribué entre autres à beaucoup d’établissements : écoles, églises, associations, hôpitaux, instituts.

    Portrait de Jean de Dieu (copié du net)    
 Qui était Saint Jean de Dieu ? Peut-être beaucoup de personnes le savent… j’ai eu l’occasion  dernièrement de voir une partie d’une émission qui donnait des détails sur la vie de ce saint. J’ai pensé qu’il serait intéressant de partager son histoire dans mon blog.  Suite à cette émission j’ai fait des recherches pour en apprendre un peu plus, et j’ai fait un résumé de ce que j’ai lu!

Jean de Dieu s’appelait João Cidade. Il est né en 1495 à Montemor-o-Novo, une ville de la province de l’Alentejo, au Portugal.

Jean de Dieu est mort en 1550 en Espagne. Il est connu comme le fondateur de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Il a été canonisé  en 1690.

Il est dit que la famille de João Cidade vivant à Montemor-o-Novo était pauvre. Vers l’âge de 8 ans il part pour l’Espagne, certaines sources citent qu’il aurait été enlevé, d’autres qu’il aurait accompagné un berger…



                                           Vue de la ville de Montemor-o-Novo, Portugal
Seul, loin de sa famille, João Cidade s’engage dans l’armée espagnole. On le retrouve plus tard à Ceuta, la ville d’Afrique du nord où il aide les portugais à construire les remparts de la ville.

Jean de Dieu faillit perdre la vie, lors d’un combat ; un miracle le sauve. Il participe aux batailles comme celle qui a été menée par l’Espagne contre la France. Ainsi Jean de Dieu témoigne les massacres toujours associés aux conflits sanglants des guerres de l’Europe. A un certain moment, João Cidade commence à être appelé João de Deus.
Ses parents étant décédés lorsque Jean de Dieu revient au Portugal, il repart pour l’Espagne. 
En 1538 Jean de Dieu habite la ville espagnole de Grenade. C’est dans cette ville du sud de l’Espagne qu’il aurait eu sa révélation pendant un sermon de Jean d’Avila. Ce prêtre qui deviendra saint Jean d’Avila surnommé aussi l’Apôtre d’Andalousie.Les paroles de Jean d’Avila provoquent en lui un énorme choc Il a 42 ans. Son comportement est très perturbé. Jean de Dieu distribue ses biens aux pauvres. Dénudé aussi de ses habits, il se promène dans les rues en s’écorchant la peau avec des pierres. Il ne faut pas longtemps pour qu’il soit considéré comme fou. Jean de Dieu est interné dans l’hôpital psychiatrique de l’époque avec d’autres malades mentaux.



Jean de Dieu prend conscience de la terrible réalité de ces établissements où on enferme les fous, on les attache et on les punit régulièrement en les frappant de coups, dans le but de les soigner. 

Un tableau qui représente Jean de Dieu en train sauver les victimes d'un incendie.


En sortant de l’asile, il s’entoure d’un certain nombre de disciples et fonde à Grenade, en 1540, l’ordre des Frères de la Charité, appelés aussi Frères de Saint Jean de Dieu ou Frères Hospitaliers. Jean de Dieu dédie sa vie à une nouvelle manière plus humaine de traiter les malades à accueillir, laver, soigner, nourrir, tous ceux qui autour de lui sont dans le besoin.
Un premier hôpital d’un nouveau type est construit dans cette même ville par cet ordre, avec « les fondements d’un ordre hospitalier au services des pauvres malades » (Wikipedia).
C’est une innovation pour son temps, se sont les bases de « la charité sociale » et de l’hôpital « moderne ».  Jean de Dieu prend la résolution de dédier sa vie à aider ces malheureux qui étaient ses compagnons afin qu’ils ne soient plus victimes des cruautés, mais aussi d’aider les pauvres et exclus.
L’ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Dieu se répand rapidement dans d’autres pays tels que l’Italie et la France; site de l'ordre en France: www.saintjeandedieu.com/ewb_pages/b/biographie.php 
Présent dans de très nombreux pays des 5 continents, l’Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu continue aujourd’hui la doctrine du fondateur.Saint Jean de Dieu « le fou de Dieu », a été canonisé par le pape. Il a aussi été proclamé le patron des hôpitaux et des infirmiers. On peut trouver beaucoup d’informations dans le site de la biographie de Jean de Dieu :
http://www.sca.org.br/biografias/JoaodeDeus.pdf
Photo de la Basilique de Saint Jean de Dieu à Grenade qui garde les reliques du saint.

samedi 22 octobre 2011

Samedi matin, le marche de Loule





Le samedi matin la ville de Loulé, en Algarve, s’anime. C’est je jour du marché!
En fait, à Loulé, le grand marché couvert ouvre ses portes tous les jours (sauf le dimanche).






Dans presque toutes les villes du Portugal, il y a des marchés couverts qui sont d’importants centres d'activité.

Leur importance a toutefois diminué, avec l’apparition des grandes surfaces et centres commerciaux qui sont partout et qui vendent de tout !  

  




Le maire de l’époque voyait grand. Il s’appelait José da Costa Mealha. Construit au début du siècle passé (1905-1908), au centre de la ville de Loulé, l’édifice a profité de la démolition d’une partie de la muraille qui entourait la ville.



Le marché couvert de Loulé est constitué par une allée centrale et deux allées latérales qui se prolongent par la section plus au sud, essentiellement occupé par les vendeurs de poissons et de fruits de mer.
L’accès se fait par 4 portails, situés aux quatre points cardinaux.

  



Depuis son ouverture, l’édifice a bénéficié de plusieurs phases de travaux d’entretien pour améliorer la sécurité, le confort et l’esthétique.  Fontaine publique où on venait boire avant d'avoir l'eau en bouteille:


Les allées latérales côtoient les petites  boutiques qui proposent de l’artisanat, mais aussi qui ont été transformés en épiceries, boulangeries ou bistrots.  












  






Par tradition, c’est le samedi matin que le marché devient le principal lieu de rencontre entre les gens de la ville et ceux de la campagne. Ces derniers y viennent vendre leurs produits 
  
  

 Moyennant une petite taxe et une autorisation de la Mairie, les agriculteurs peuvent occuper une petite parcelle d’une des deux rues extérieures qui longent le marché.  
Très tôt le matin, les voilà qui arrivent avec leurs voitures et leur chargements de cageots remplis de fruits et légumes en grande partie de production locale, de manière à être sur place pour les ménagères qui font leurs achats de bonne heure.   
  
Il y a plus d’animation que d’habitude, car les visiteurs sont nombreux pour visiter le marché traditionnel. On vient voir les étalages de fruits, légumes, fromages, charcuterie, et fleurs. On n’oublie pas les petits animaux tels que poules, poussins, lapins, qui font la joie des enfants qui se croient dans un petit zoo !

Le marché de Loulé est aussi une attraction pour les touristes désireux de trouver un endroit dépaysant et l’ambiance pittoresque des couleurs locales. Un des portails latéraux:



dimanche 16 octobre 2011

Festivites religieuses et profanes, les « romarias » du Portugal


Les « romarias «   sont les fêtes religieuses du Portugal pendant lesquelles on vénère le saint patron d’une ville. Liés à ces festivités, il y a des processions, des messes, des pèlerinages. C’est le côté religieux.
Mais très vite le profane prend le relais! Ce sont les défilés, gastronomie, buvettes, chansons, musique et bals, fêtes foraines, tournois sportifs, expositions, et autres divertissements qui font le bonheur des participants (romeiros).



Les dates des «romarias » sont respectées selon le calendrier annuel, mais la tradition et l’intensité de la fête changent d’une région à une autre.

Cela peut aller de simples manifestations (messe, procession, feu d’artifice) qui ne dépassent pas la journée, aux mega « romarias » qui peuvent durer jusqu’à 15 jours comme la « romaria » de Nossa Senhora dos  Remédios dans la ville de Lamego (au nord du Portugal), cette année du 25 août au 9 Septembre.



Le lien d’un site qui donne des informations sur le programme assez gigantesque de cette "romaria" de Lamego http://www.bestofdouro.com/festas-em-honra-de-nossa-senhora-dos-remedios-2011-lamego/
Toutes les situations qui permettent aux gens de se rencontrer, sont les bienvenues.

Photo copiée du site da cm-Lamego (mairie) avec le sanctuaire baroque de Lamego:http://www.cm-lamego.pt/conteudos.asp?bd=patrimonio&id_tema=14





Suivant les traditions de plusieurs siècles, ces « romarias » sont très nombreuses du sud au nord du Portugal, mais plus particulièrement dans le nord.

Alors pour ceux qui ne la connaissent pas, je souhaiterais vous présenter la romaria da Nossa Senhora da Agonia (Notre Dame de l’Agonie) à Viana do Castelo.
Viana do Castelo est une ville du Portugal, située au nord de la ville de Porto, dans la province du Minho.




L’environnement naturel est de grande beauté. Viana do Castelo se trouve construite à l’embouchure du fleuve Lima qui se jette dans l’océan Atlantique. Le relief montagneux longe la côte, et permet d’avoir de jolies vues sur le fleuve et sur la mer toute proche. Sur la hauteur du massif, a été édifiée la basilique de Santa Luzia qui est le monument le plus connu de Viana do Castelo.
Cette année, ayant eu lieu du 16 au 21 août, le programme de la «romaria de Viana do Castelo » a été aussi très varié.



Après la présentation de la ville de Viana do Castelo avec ses principaux monuments, la vidéo nous montre la procession en mer qui transporte Notre Dame de l’Agonie le long du quai qui longe la ville. Plus tard il y aura l'autre procession qui la ramènera à l’église d’où elle est partie, en passant dans les rues aux chaussées décorée de motif religieux.

Trés attendus sont les défilés des géants, le festival des tambours, les chars à thème décorés, et surtout le défilé des femmes dont les habits différencient suivant leur paroisse d’origine. On annonce quelques 400 femmes et jeunes filles qui parcourent les rues principales de Viana do Castelo avec leurs costumes traditionnels qu’on dit être les plus beaux du Portugal.

Des milliers de participants et volontaires travaillent pour rendre cette fête agréable à tous, soit en décorant les rues, en défilant dans les processions, ou en participant aux spectacles qui se déroulent pendant les jours de la « romaria ».



jeudi 13 octobre 2011

Un parc a l’anglaise, a Monserrate (Sintra)




Message qui fait suite au précédent:  Sintra-le-Palais-de-Monserrate




A l’entrée du domaine, il existe une carte qui renseigne sur la configuration du parc. Avec le ticket de l’entrée qui sert pour le palais et pour le parc, on  nous offre la brochure qui nous guidera au cours de notre promenade.













Le tracé des sentiers enchante, mais demande des bonnes jambes et des moments de repos fréquents, car il faut descendre et remonter !   



La flore est très diversifiée. Des arbres venus des quatre coins du monde composent le Parc de Monserrate qui entoure le palais néo-oriental. Mais il y a aussi les arbousiers, bambous, fougères, camélias, cactus, hortensias et beaucoup d'autres.


On nous annonce quelques 3.000 espèces (information du site de la mairie) qui font du parc un intéressant jardin botanique.


http://www.cm-sintra.pt/Artigo.aspx?ID=2906

Pour la construction de ce local, dans sa configuration actuelle, Sir Francis Cook a fait appel au peintre William Stockdale, au botanique William Nevill e au maitre jardinier James Burt.



Pas étonnant que l’on ait un jardin « à l’anglaise » qui se caractérise par la longue pelouse qui s’étend au pied du Palais de Monserrate, et l’abondante végétation qui laisse toutefois un important espace aux plantes endémiques.


L’intérêt se porte aussi sur les associations d’espèces ornementales qui cherchent à imiter la végétation naturelle, incitant les promeneurs à la découverte de couleurs, formes et sensations.

Cascades, lacs, bassins, fontaines, décorent cet ensemble verdoyant du XIXe siècle qui recouvre le flanc du massif de Sintra sur une étendue de 143 hectares.






Parcourant les chemins sinueux, nous arrivons à la chapelle « romantique » laissée à l’état de ruine. 
L’effet de scène et de mystère est obtenu par les plantes exotiques  qui s’agrippent aux murs et enlacent le  monument.


dimanche 9 octobre 2011

A Sintra: le Palais de Monserrate




Le Palais de Monserrate

Je me sens encore inspirée pour écrire sur Sintra, peut-être parce qu’il continue à faire très chaud au Portugal en ce mois d’octobre, et que Sintra est un havre de fraicheur ! 




La ville de Sintra se trouve à l’ouest de Lisbonne, a quelques 30 kms de la capitale portugaise. Blottie sur le versant d’un massif de granit, elle bénéficie des pluies venues de l’océan tout proche qui se condensent sur ce site, et donnent lieu à une végétation exubérante et à des températures très agréables.




Pendant plusieurs siècles, Sintra a été la résidence d’été préférée des rois du Portugal.
La beauté de Sintra a aussi attiré de nombreux visiteurs et des aristocrates qui y ont fait édifier de jolies demeures (ce palais est l'une d'elles). 



On peut lire dans plusieurs sources qu’à l’endroit où a été bâti le Palais de Monserrate, il y avait une petite chapelle.
D’abord un domaine d’arbres fruitiers et de cultures appartenant à une famille portugaise Melo e Castro, on apprend que Gerard de Visme, un commerçant anglais qui vivait au Portugal, y fit construire un manoir.




Le projet agrandi, est dans sa version actuelle, du à l'architecte Richard Knowles.

En 1858 il fait édifier le palais (Palácio de Monserrate) pour Sir Francis Cook, un riche homme d’affaires anglais.



Mis en vente par ce dernier propriétaire, Monserrate a été acheté par l’Etat portugais en 1949.
Le palais et les jardins ont bénéficié dernièrement d’importants travaux de rénovation avant de pouvoir être ouverts au public.

Le style néo-oriental est le terme le plus communément utilisé pour décrire ce monument aux doux contours.
On y trouve les figures des minarets, des coupoles, mais aussi les éléments gothiques des façades, portes ou fenêtres.





Pierres brodées, corniches, arcs, azulejos servent de décoration à ce palais de l’art romantique. 

A l’intérieur nous parcourons une succession de salles où colonnades, chapiteaux ouvragés, statues et dentelles des stucs, rendent l’atmosphère féerique !  


Inséré dans un très beau parc, le palais de Monserrate nous offre un agréable moment de détente tout en nous permettant d’admirer le magnifique travail des artisans.


Dans un prochain message, je publierai de jolies photos du parc.

Monserrate fait partie de l’ensemble de monuments et environnement qui ont permis de classer Sintra patrimoine mondial de l’UNESCO.





D'autres messages sur Sintra:

voyager-au-portugal-et-visiter-sintra
http://www.cm-sintra.pt/Artigo.aspx?ID=2227 un lien de la mairie pour d'autres informations.