Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

samedi 30 août 2014

Adam et Eve a Faro


Le soir de la pleine lune à Faro
Ce jour-là, me voilà partie avec mon petit voisin qui m’accompagnait à la vitesse que lui permettaient ses petites jambes de 5 ans. Nous sommes allés à la dégustation des fruits de mer, qui a lieu chaque année à Faro.

Faro est une ville côtière qui est capitale de la région de l’Algarve. Donc ici se trouve l’aéroport international où aterrissent grand nombre de visiteurs.
C’est dans cette petite place près du centre-ville que je trouve  plus facilement un endroit pour garer la voiture. Et puis je remarque que l’église située à quelques mètres est ouverte.
Certes l’autel a une belle présentation et des détails lumineux.
 
En réponse à la curiosité j’y fais un tour à l’intérieur avec mon petit voisin. Et là “oh surprise!” je découvre le mystère de la création du monde déployé sur les murs latéraux.
L’image centrale de Notre Dame de la Pieté en douleur, qui reçoit son fils mort dans les bras est restée trop sombre;  mon appareil numérique a un trop petit écran alors parfois, le résultat n’est pas satisfaisant.
Bref, je me mets à décrire au petit garçon la magie qui explique d’où nous sommes sensés venir. Peut-être pas le Big Bang, mais c’est tout de même poétique, et le petit était très interessé!
Rien de tel que de lui montrer le Créateur se déplaçant dans l’univers pour créer les cieux et la terre. Et avec quel aisance et savoir-faire il crée toutes choses, et place le soleil et la lune pour illuminer les ténèbres.

Voici les deux premiers, Adam et Ève à qui Dieu a confié le paradis. Pas de chance le serpent avec ses mauvaises intentions, faisait partie du décor. Et si Ève n’a pas résisté à la désobéissance, Adam non plus!  Le Créateur les punit car en ce temps-là il y avait déjà une morale: expulsés du paradis! Ça ne sert à rien de pleurer.

J’étais contente d’avoir ammené mon appareil photo. L’histoire continue. J’ai pas pris en photo quelques images, mais il y a une suite.
Adam et Ève, hors du paradis; Adam bêchait le sol dur, et is sont devenus les parents de deux petits garçons. Caïn et Abel grandissent Caïn plus coléreux  ne domine pas sa jalousie et un jour tue son plus jeune frère.
Il cherche à cacher son acte aux yeux de Dieu. Mon petit compagnon a bien compris l’histoire. Il a eu un peu de mal à imaginer que celui qui tuait son frère était l'un des bébés de l’autre tableau!
Caïn a essayé de cacher la tragédie, il avait donc une conscience du mal qu’il a fait, mais c'était trop tard.

Nous repartons et longeons la vieille muraille pré-romaine/wisigothe/musulmane, qui entourait la ville, qui doit avoir quelques deux mille ans, et qui maintenant voit passer les avions. Arrivés sans encombre!
 
Et voici  quelques photos des spécialités de fruits de mer qui nous attendaient pour la dégustion.
Je vous remercie de m’avoir accompagnée dans cette visite et vous souhaite une douce nuit.
 
 

lundi 25 août 2014

Les sculptures de sable du FIESA


Boutique des petites divinités (à Praia da Rocha)

Je reviens à Praia da Rocha pour vous montrer les photos du FIESA (Festival International de Sculptures de Sable). En portugais, c'est les bonnes initiales!

Ainsi après avoir fait un peu de trempette et de bronzette à la plage, nous sommes allés déjeuner dans un restaurant, plus exactement à cette petite terrace.

Il était tentant d’aller goûter la sangria qui pompeusement s’annonçait dans la pancarte du trottoir, mais ça sera pour une prochaine fois.

Pêra est un petit village situé à quelques kilomètres de la ville de Armação de Pêra.  Au nord de Pêra, chaque année une cité renaît de son sable, et les sculptures se dressent majestueusement aidées par le talent des artistes et la force des pelleteuses.
Le festival de ces représentations éphémères se déroule du 25 mai au 25 octobre 2014, ouvert de 10 h á 22 h ou à 24 h suivant les mois.

Voici le lien du site: http://www.fiesa.org/pt/ qui donne des informations sur tout: les horaires, le prix de l'entrée, la quantité de sable nécessaire (40 mille tonnes), les dimensions du site (15.000 m2),etc.

Chaque année le thème est différent. En 2014, c’est la Musique. Alors voici 
quelques unes de mes photos sur ces créations.
 
En explorant le site: http://www.fiesa.org/pt/team/, on découvre le nom des artistes/sculpteurs qui pendant des semaines ou mois ont participé à la construction de la cité de sable: portugais, espagnol, allemand, russes, brésilien... et leurs photos défilent à droite de la page. On les applaudit!
La nuit venue, les sculptures s’illuminent pour créer des décors magiques.
 
Il paraîtrait qu’un pacte a été signé avec Saint-Pierre pour que le ciel se tienne tranquille et qu’il ne pleuve pas en Algarve de mai à octobre, afin de ne pas abîmer les sculptures. Rarement cet accord est brisé!

samedi 23 août 2014

Notre Dame de l’Agonie a Viana



Tous les ans la fête de Notre Dame de l’Agonie attire des milliers de visiteurs à cette ville du nord du Portugal.
Photo dans le centre-ville
C’est à Viana do Castelo que les fêtes en l’honneur de “Nossa Senhora da Agonia” viennent de commencer en ce mercredi 20 août, et comme l’annonce l’affiche, se déroulent jusqu’au 24 août.

Dans une rue de Viana do Castelo 

On voit souvent écrit que c’est la plus grande fête (romaria) de la région du Minho.  Le premier jour il y a la procession en mer. Des bateaux fleuris suivent le parcours le long du front de mer, transportant la sainte en cortège avec de nombreux bateaux qui suivent la procession.
Une fois débarquée dans la ville, la sainte reviendra à son église en passant dans un certain nombre de rues du centre-ville, tapissées de motifs qui jonchent les pavés.
 
Sel et fleurs déversés sur le sol, reproduisent des motifs liés à la mer et à la pêche, car Notre Dame de l’Agonie était sensée répondre à l’appel des marins et pêcheurs qui se trouvaient devant quelque désespoir.  
 
Le programme est vaste et diversifié. Des milliers de musiciens envahissent aussi la ville. Voici un aperçu des aspects de la romaria:

Diabo na Cruz - Luzia (video oficial), en 2012
 
Je  vous invite à regarder aussi le cortège historique de 2013:Cortejo Histórico e Etnográfico Viana do Castelo 2013 Publié parvcosta. J'espère que la visite vous plaira, et vous remercie pour vos petits messages d'amitié. Bon weekend a tous!



 

mardi 19 août 2014

La tombe du soldat inconnu (a Batalha)


Il y a beaucoup de textes en ce moment sur la première guerre mondiale.  Avec son lot d’horreurs et de souffrances, tout le monde souhaitait que plus jamais cela n'arrive.
Je sais que dans plusieurs pays il y a la tombe du soldat inconnu et que cela existe aussi au Portugal.

Et je sais que la tombe du Soldat inconnu se trouve dans le Monastère de Batalha, dont je publie quelques unes de mes photos. Mes connaissances étaient assez limitées, alors vite les recherches.
 
Le Monastère de Batalha, classé au patrimoine mondial par l'Unesco, est ce beau monument situé dans la région centre du Portugal, à quelques 100 kms au nord de Lisbonne. Le début de sa construction date de 1388.
 
J’allais oublié, mais je savais aussi que la tombe avait été installée dans la Salle du Chapitre ou Salle Capitulaire  (Sala do Capítulo), c'est-á-dire la salle où les anciens moines maîtres des lieux, se réunissaient pour discuter les affaires de la communauté.
Couloir de Batalha qui conduit à la Salle du Chapitre
La Salle du Chapitre a cette particularité d’être imposante,  avec une voûte de  longue portée, sans aucun support central, ce qui fait dire qu’il s’agit d’une grande prouesse technique pour l’époque.

Je vous invite à regarder une petite vidéo (merci à son auteur) qui donne un aperçu des lieux.
La relève de la garde devant la tombe du soldat inconnu au monastère de Batalha (Portugal), une sorte de petite cérémonie:

Changing the Guard at Mosteiro da Batalha
Publié parBernardo Oliveira Nunes
En fait la Salle du Chapitre renferme les corps de deux soldats inconnus. Durant le cours de la première guerre mondiale, le Portugal avait envoyé des bataillons dans le nord de la France. Mais des bataillons ont du partir aussi pour défendre les colonies du Portugal en Afrique où les batailles faisaient rage avec les armées allemandes.
 
Beaucoup sont morts. La plupart des villes du Portugal affichent des listes de noms de soldats qui ont perdu la vie dans ces batailles. 
 
En 1921, pour leur rendre hommage, le gouvernement portugais a fait des démarches auprès de la France  pour ramener le corps d’un soldat des tranchées du nord. La même année, le corps d’un autre soldat non identitié était rapatrié du Mozambique. Ce fut une cérémonie prestigieuse accompagnée d’un long cortège.
 
Depuis, ces combattants inhumés au Monastère de Batalha, sont honorés par une garde permanente et par la flamme qui brûle continuellement.