Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

jeudi 30 avril 2015

L’imitateur Fernando Pereira



Avant de continuer sur Mértola, j’ai pensé vous laisser quelques moments de l’énergie de l’imitateur portugais Fernando Pereira.
 

Fernando Pereira - Michael Jackson, David Bowie, Dire Straits e Others Live
publié par Fernando Pereira

Il y a quelques années j’avais assisté à un de ses spectacles que j’avais trouvé vraiment super. C’est quelqu’un qui a beaucoup de talent.
 


J’espère  que vous aimerez l’entendre. A bientôt. Merci!


Fernando Pereira - Julio Iglesias, Alejandro Sanz, Juan Luis Guerra & Celia Cruz Live
Publié parFernando Pereira



Fernando Pereira - Chico Buarque & Maria Bethânia Live publié parFernando Pereira

dimanche 26 avril 2015

Avril en Alentejo




Avril en Alentejo est synonyme de champs fleuris. Même si la plupart du temps on imagine cette région du sud du Portugal comme une grande et longue plaine, ou une suite de plaines, il y a tout de même des collines qui s’élèvent par-ci par-là.
 

 
Avril est un bon mois pour voyager dans tout le pays, car le printemps ,comme partout ailleurs, offre sa palette de couleurs gaies et parfumées.



Nous voulions fêter un anniversaire, et avons mis le cap vers le nord de l’Algarve, arrivant ansi dans les nationales de l’Alentejo bordées de leur topographie vallonnée, recouverte d’un scenario orné de petites fleurs sauvages de thym ou de romarin. J'ai choisi quelques petits coins du bord de route pour faire des clichés sur le sujet!

J’essayais (tant bien que mal!) de prendre quelques photos au travers des vitres de la voiture, histoire d'avoir des images pour le blog, mais j’arriverais plus facilement lorsque nos “drivers” voudraient bien s’arrêter! Ce qui a fini par arriver au bout de deux heures!
 
Les cistes sont en quelque sorte une image de marque de l’Alentejo. Ils sont en pleine floraison.  Et nous voyons le paysage tacheté de blanc sur de longues étendues, à mesure que les bords de route défilent.
 

Voici un joli spécimen qui a fait la pose devant mon appareil photo.
 
À mesure que nous roulions vers la ville de Mértola, nous sommes arrivés au royaume des cigognes blanches. Mesdames les cigognes ont donc loué tous les poteaux de la zone pour construire leurs demeures et élever leur petits.
 

Je suis toujours en admiration devant le savoir-faire et la technique de ces oiseaux pour la construction de leurs gros nids, qui en fin de compte, sont si résistants!
 
Il nous tardait d’arriver à Mértola. Tout le monde avait un petit appétit qui grandissait à mesure que les aiguilles des montres tournaient. Enfin nous avons fini par apercevoir la ville de Mértola et son château médieval qui surplombe la rivière.


Je laisse la suite pour un autre post! Je vous remercie de m’avoir accompagnée dans ce petit voyage en Alentejo. Plus bas, une jolie vidéo sur une famille cigogne du nord Portugal!
 

Do Ar à Água - A Cegonha branca publé parUniversidade de Aveiro (Université d'Aveiro)

mercredi 22 avril 2015

Les Danses Portugaises du Bresil




Lors d’un de mes voyages virtuels au Brésil, j’ai découvert ces danses portugaises (danças portuguesas) dont j’essaie de trouver les origines.


Império de Lisboa - O Furacão do Maiobão Publié parCarlos MorenoCM
Le groupe de danseurs "Império de Lisboa"
 
C’est super joli et il y a de l’animation! Alors en regardant les vidéos, je ne peux qu’imaginer que les costumes ont des resemblances avec la somptueux vêtements des membres de la royauté.

On sort des “bahuts de la mémoire”, les vêtements richements ornés confectionnés dans des tissus de soies, satins, taffetas, brocards, velours, et broderies.

Les hommes se souviennent des justaucorps, des longues vestes décorées de jabots blancs.

Les dames porteront de larges jupes et jupons confectionnés dans des tissus aux couleurs fortes, parsemés de broderies et de rubans.

Nul n’oubliera les accessoirts, bas brodés, ombrelles, plumes, postiches, bijoux de fleurs ou animaux, si chers au XVIIIe siècle.


raizes de portugal..o SHOW ... 2009 publié parMarkinhohawaii

Le groupe de danseurs "Raízes de Portugal"

Pour la petite histoire: les caravelles du navigateur Pedro Alvaro Cabral font débarquer leurs marins sur les côtes de l’Amérique du Sud en 1500. Depuis cette date, jusqu’en 1822, sous administration portugaise, la colonie s’est agrandie avec pratiquement les frontières actuelles. Les portugais y ont emmené tous les saints du calendrier, les constructeurs d’églises, les traditions, les fêtes, les bals masqués, les danses, etc…

En 1807 a lieu un évènement unique, toute la cour du Portugal avec quelques 10.000 personnes parmi lesquelles une grande partie de la noblesse qui craignait les effets de la Révolution française, quitte Lisbonne et traverse l’Atlantique pour s’installer au Brésil et ainsi échapper aux armées de Napoléon venues envahir le Portugal.


Rio de Janeiro deviendra la capitale de l’empire portugais. Avec la présence de la famille royale et de la noblesse, de grands changements s’opèrent sur place. Le commerce se développe fortement, et la vie culturelle aussi...

On peut lire:

“A Dança Portuguesa é uma das heranças deixadas pelos nossos colonizadores. Trajando roupas típicas de Portugal, decoradas com bordados ricamente elaborados. As mulheres usam meias, lenços e leques, enquanto os homens usam como adereços chapéus, luvas e bengalas. Os pares dançam ao som de fados e viras....”

“La Danse Portugaise é un des héritages laissés par nos colonisateurs. Portant des vêtements typiques du Portugal, décorés de broderies richement élaborées. Les femmes portent des bas, des foulards et des éventails, alors que les hommes portent des accessoires tels les chapeaux, gants et cannes. Les couples dansent au son des fados et des viras..”

Costume d’un danseur de la “Dança Portuguesa Nova Geração de Portugal da Vila Sarney”

Source:http://averequete.blogspot.pt/2009/06/danca-portuguesa.HTML

Si vous les aimez, restons encore quelques minutes avec la gaité du groupe "Império de Lisboa", alors que les danseurs brésiliens si joliment, tirent parti des musiques portugaises !

Império de Lisboa do Maiobão 2013 - Praça Maria Aragão publié parDiego Harry
 

Alors si on écoute bien, les musiques sont connues, la plupart tirées du folklore portugais, d’autres sont des chansons actuelles ou un peu plus anciennes, de chanteurs ou de chanteuses portugaises.

Je remercie les auteurs des vidéos pour cette belle découverte!

vendredi 17 avril 2015

Saint-Valentin a Vila Nova de Gaia



Monastère du Pilar, à Vila Nova de Gaia, sur la rive gauche du fleuve Douro, en face de la ville de Porto
Je m’apprêtais à écritre sur une autre histoire ; mais ayant écouté un programme à la télévision, je reviens sur le jour des amoureux, « dia dos namorados » comme on appelle au Portugal le jour de la Saint-Valentin.
 
Il y des cadeaux, des fleurs, des dîners aux chandelles, des bisous, tout ce qui fait la tradition !
 
source photo :http://har22201.blogspot.pt/2013/02/saint-valentin.htm
 
D’abord, dans le programme on nous décrivait la vie de Saint-Valentin, un Evêque chrétien qui aurait vécu au temps où les romains n’acceptaient pas encore cette nouvelle religion qu’ils considéraient dangereuse !
En ce temps-là l’Empereur de Rome décida que les jeunes soldats ne pouvaient se marier afin de plus librement et vaillament aller joindre les légions dans leurs parcours de conquêtes.

Saint-Valentin dans son cachot
Mais l’Evêque Valentin ne faisait aucun cas de ces directives impériales ; il continua à secrètement marier les jeunes qui venaient le trouver, d’où la grande colère de l’Empereur. Sa désobéissance à cette période d’interdiction lui a vallu d’être envoyé au cachot et sa condamnation à mort.
Pendant qu’il attendait le jour de son exécution, Valentin continuait dans sa prison à célèbrer des mariages secrets. Il profitait aussi pour aider d’autres prisonniers chrétiens.    Encore dans sa cellule, Valentin rencontra la fille de son geôlier qui était aveugle et à qui il apporta la guérison ; toute la famille décida de se convertir.
L’Evêque Valentin será violemment battu, martyrisé et décapité le 14 février pour avoir désobéi. Il donna sa vie pour protéger les amoureux.
Histoire ou légende, Saint Valentin n’aura été  ni un extraterreste ni um marchand de pilules ! Pourtant en 1969 l’Église aura décidé de faire un peu le ménage parmi les noms des saints de son calendrier, et retira Valentim de son jour officiel.
Cependant les amoureux ne l’ont pas oublié (et la ville de Vila Nova de Gaia non plus). Ainsi le jour de la mort du martyr est devenu le jour des amoureux.
 Le pont D. Luis qui enjambe le Douro, entre Porto et Vila Nova de Gaia
Le programme nous emportait vers la colline qui surplombe le fleuve Douro sur sa rive gauche. Le monastère de  «  Serra do Pilar” et son église de forme ronde, couronne le sommet de du mont.
En haut de la colline l'imposant monastère du Pilar
Dans une petite niche de l’église de l’ancien monastère du Pilar se trouve une statue de Saint-Valentin qui a « échappé » à la sélection éclésiastique. Et il est dit que le saint continue depuis son petit abri, à envoyer des ondes protectrices aux amoureux de la terre!
Je vous invite à une visite à l'église du Pilar sur le mont qui domine le Douro, et d'où on peut avoir une vue plongeante sur le fleuve et sur la ville de Porto située sur la rive droite.

Património a Norte - Mosteiro da Serra do Pilar
Publié parDRCNorte
 

samedi 11 avril 2015

Les ecluses du Douro


La Vallée du Douro vous connaissez. C’est là que, suite à une technique millénaire de la pioche, les hommes ont taillé les montagnes de schiste pour façonner les terrasses aux lignes ondulantes. 


Là ont été plantées les vignes qui produisent les vins rouges, blancs, rosés, et le vin du Porto, nourris par les brumes du fleuve Douro et par le soleil qui innonde les versants.

Si cela vous plait, je vous propose de suivre la jolie vidéo avec tout un panorama des paysages baignés par le fleuve, et éclairés par une journée ensoleillée.


THE BEAUTY OF DOURO VALLEY publié parAdelio Gomes Moreira
Depuis toujours le fleuve, telle un taureau sauvage, galopant sur les entrailles de la terre, façonnait ses rives, et envoyait au fond un grand nombre de bateaux qui défiaient ses eaux tumultueuses.
Versants escarpés du Douro, près de la ville de Porto
Alors avec les techniques modernes, les hommes ont dompté le Douro en y construisant des barrages le long de sont cours, et les difficultés de navigation ont disparu.
À droite, Vila Nova de Gaia
La vallée du Douro propose un large éventail d’émotions, à mesure que l' on visite les caves remplies de gros tonneaux, qui se prêtent bien à des visites instructives et d'agréables séances de dégustation, ou les domaines  des vignobles où est produit le vin de Porto.
C'est à Vila Nova de Gaia, la ville située sur la rive gauche du fleuve Douro, face à la ville de Porto, qu'on trouve les caves du vin de Porto.
Pour visiter les vignobles, il faut aller plus en amont, jusqu'aux villes de Régua et Pinhão.
Voici le Barragem da Valeira avec son écluse, en remontant le Douro (denivellation 33 mètres):

Cruzeiro no Douro - Barragem da Valeira publié parDobrar Fronteiras
Le voyage peut se faire par la route qui serpente le long des pentes montagneuses, par le train dont les rails accompagnent la ligne des rives, ou en remontant le fleuve devenue paisible.
Dans cinq de ces barrages il y a des écluses qui servent d’ascenseurs à la montée et à la descente pour les bâteaux qui remontent ou qui redescendent le fleuve.
En version accelérée, voici le barrage de Carrapatelo et son écluse, en descente:


Barragem do Carrapatelo, River Douro, Portugal publié par yarblokes
L’écluse la plus impressionante est celle de Carrapatelo, avec 36 mètres de denivellation.
Je n'ai pas fait les écluses, alors j'emprunte quelques uns des vidéos du Youtube, et je remercie leurs auteurs pour le partage de leurs expériences.

La région de la Vallée du Douro classée au patrimoine mondial par l'Unesco. 

source image :http://lamegosite.xpg.uol.com.br/presente_indice.htm

 



 
 

 
 
 

mercredi 8 avril 2015

Douces voix du Portugal


Il fut un temps où les pays étaient beaucoup plus fermés aux influences de l’extérieur, dans tous les domaines. Il en était ainsi au Portugal dans les années du siècle passé, au cours desquelles on produisait beaucoup de filmes et on chantait en portugais, avec les jolis moyens du bord! 
 

MILÚ CANTA «ALFAMA NÃO ENVELHECE» publié par Paulo Almeida

Milú était comédienne et chanteuse, née à Lisbonne le 24 avril 1926, de son nom Maria de Lourdes de Almeida. À l’âge de 10 ans, elle chantait déjà à la radio. Au cours de sa vie, Milú a participé dans des pièces de théâtre et dans de nombreux filmes au Portugal et aussi à l’étranger. Après une carrière remplie de succès, Milú est décédée en 2008 à Cascais, près de Lisbonne.

Et on appréciait particulièrement sa voix douce
Source: http://allclassics.blogspot.pt/2013/07/milu.HTML

Agulha e o Dedal publié parciclideo (chanté par Beatriz Costa)
Beatriz Costa, chanteuse et comédienne portugaise, de son nom Beatriz da Conceição Costa, est née le 14 décembre 1907. Rendue célèbre par ses personnages de théâtre et de cinéma qu’elle a interprétés, Beatriz Costa, laissa dans la culture portugaise de nombreuses chansons connues et chantées par tous, et son style décontracté qui caractérisait une certaine jeunesse de l’époque d’après-guerre. Béatriz Costa s’est éteinte le 15 de Abril de 1996.
Source:http://www.infopedia.pt/$beatriz-costa
 Les filmes portugais un peu au style “comédie musicale” étaient très populaires.
 


ARMINDA VIDAL CANTA A CANÇÃO «A MINHA FELICIDADE» publié parPaulo Almeida

Arminda Vidal est née à Lisbonne. Elle débuta au théâtre à l’âge de 11 ans. On se rappelle sa jolie voix des programmes de radio et de son talent dans de nombreuses pièces de théâtre et dans quelques filmes auxquels elle participa.
Source :http://pauloborges.bloguepessoal.com/368401/ARMINDA-VIDAL-GRANDE-NOME-DA-CANCAO-PORTUGUESA/
 
J'espère que ce petit voyage au royaume des  chansons portugaises vous aura plu! Je remercie les auteurs des vidéos et ceux qui les ont publiées.

lundi 6 avril 2015

Low-cost pour les Açores

 
J’ai vu dernièrement les nouvelles sur les vols low cost pour les Açores. Associé à ces informations, il y a un nouvel espoir de développement plus actif pour ces îles du milieu de l’Atlantique nord.

Pour situer ces neuf îles portugaises qui composent l’archipel, voici une petite carte avec les noms et leur situation entre l'Europe et l'Amérique du Nord:
Les îles portent les noms de : São Miguel, Santa Maria, Terceira, São Jorge, Pico, Faial, Graciosa, Corvo et Flores.

Les Açores sont une destination nature par excellence. Des températures douces, mais aussi de nombreuses précipitations nourrissent les écrins de verdure qui recouvrent les neuf îles.

Néanmoins il est dit que chaque île se différencie par ses propres caractéristiques,  mais toutes se présentent garnies de paysages enchanteurs et des bords de route décorés d’hortênsias.
Les prairies alimentent d’amicales vaches tachetées qui viennent volontiers partager les routes secondaires avec les automobilistes.

Nous avons vu dans un post précédent l’île verte de São Miguel, la plus grande des 9 îles, avec sa lagune des Sept Cités (Lagoa das Sete Cidades) et sa ville principale Ponta Delgada.
Aujourd’hui, jetons un coup d’oeil sur Angra do Heroismo, la ville la plus importante de l’île Terceira.

Classée au Patrimoine Mondiale par l’Unesco, la ville d’Angra do Heroismo offre aux yeux des visiteurs un ensemble architectural coloré, harmonieux  et historique.

Angra do Heroísmo publié par Câmara Municipal de Angra do Heroísmo
 
Tous les ans, au mois de juin, les fêtes traditionnelles, les Sanjoaninas,  animent le centre-ville d’Angra do Heroismo avec de beaux défilés. En 2014, elles se déroulaient sous le thème des « 30 ans de Patrimoine Mondial ». Je vous invite à regarder quelques images:
 

Sanjoaninas 2014 - Desfile de Abertura publié parvitecazorestv
 
Merci aux auteurs des vídeos, pour le partage, et je remercie aussi mes amis qui m'ont prêté les photos des îles.

samedi 4 avril 2015

Manoel de Oliveira, le cinéaste




Le réalisateur portugais Manoel de Oliveira a terminé, le 2 avril, le filme de sa vie à l’âge 106 ans. C’est une annonce qui parcourt les pages des journeaux au Portugal et dans de nombreaux pays. Le cinéaste filmait encore. En 2014 Manoel de Oliveira avait sorti un court-métrage, le Vieux du Restelo (o Velho do Restelo).

Photos du quartier de la "Ribeira", à Porto 

Manoel Cândido Pinto de Oliveira est né à Porto en 1908. Il a beaucoup filmé sa ville natale.

Aniki Bóbó, de 1942 est son premier long métrage. Ce film raconte les aventures d’un groupe d’enfants, qui après l’école se retrouvent dans le quartier de la Ribeira, un quartier populaire, où ils se baignent dans le fleuve Douro et vivent les aventures de leur âge.



CINEMA PORTUGUÊS - «ANIKI-BÓBÓ» - VIDEO 4
Publié parPaulo Almeida


 
Les amours enfantines sont décrites avec beaucoup de tendresse par le réalisateur Manoel de Oliveira. Pour conquérir le coeur de Teresinha, Carlitos vole une poupée dans la boutique des Tentations.  Bien sur il y a des petites rivalités et des jalousies dans le groupe, mais tout finit bien.

 
Ce cinéste portugais avait aussi filmé en France et dans d’autres pays d’Europe. Ses filmes associaient les faits historiques, ou les comportement des hommes et des femmes à des représentations poétiques de situations et de ses réflexions sur l’existence.
La littérature classique du Portugal lui a servi d’inspiration pour plusieurs de ses filmes.
Les images de la contemplation ou du fantastique cherchent à fixer la course du temps.

Francisca (1981) [Trailer] publié parCineLuso


Val Abraham (Vale Abraão) - Manoel de Oliveira (1993)
Publié parPillbox Archipel


Voici un entretien avec Manoel de Oliveira - Entretien - Laure Adler - 1995 - qui s'exprime en français - ICI