Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

samedi 30 mars 2013

Paques et Semaine Sainte au Portugal


Jardin de Braga
On peut assister à d’importantes festivités de la Semaine Sainte dans plusieurs villes du Portugal. Cela commence le dimanche de Rameaux, qui est le dimanche qui précède la fête de Pâques. 
Au cours de ces processions, les fidèles portent des feuilles de palmier ou des remeaux d’olivier par exemple. Ils sont bénis pendant la messe et sensés porter bonheur si on les ramène à la maison.                                                 Fontaine du centre-ville

Patrimoine religieux de Braga
Les rameaux symbolisent les branches de palmiers coupées qui jonchaient le sol devant le passage de  Jésus qui rentrait à Jérusalem.


Les églises et certaines villes se parent de couleurs noire, rouge e mauve pour l’occasion.





Place de Braga
On peut rappeler que le mercredi, dans la ville de Braga, il y a une procession au nom curieux, la procession de la petit ânesse (procissão da burrinha). 
Les centaines de figurants font allusion aux principaux évènements de l’histoire qui précède la naissance du Christ et sa propre vie, Abraham, le fuite de l’Egypte, le temps de Moise, rois et prophètes, et enfin l’image de la Sainte Vierge montée sur âne avec l’enfant Jésus dans les bras, qui symbolise la fuite de la sainte famille vers l’Egypte.


Procissão Burrinha - 3 de 4, Semana Santa Braga.mania


Les jours suivants il y a d’autres cérèmonies du jeudi saint (je me souviens du lavament des pieds), du vendredi saint et du samedi saint.

Les processions les plus grandioses seraient celles du vendredi saint, avec la procession de l’enterrement du Christ dans plusieurs endroits du Portugal. Celles de la ville de Braga sont particulièrement solennelles, car Braga est une sorte de capitale spirituelle du Portugal.



Procissão do enterro - Sexta-feira santa. - 2010

Lors des défilés nocturnes, authentique théâtre de rue, on reproduit le recueillement des scènes de la passion du Christ.
La foule suit les images pieuses, celle du Christ enveloppé dans un voile et déposé dans le cercueil ouvert, la Sainte Vierge des Douleurs, les saints patrons et de nombreux personages de representation biblique.

C’est une longue marche dans les rues de la ville de Braga, à la lueur des torches, au son des tambours et du bruit des crécelles.

Vêtus de noir les pénitens suivent le cortège funèbre, ainsi que les membres des confréries, les musiciens, et autres associations de jeunes et de moins jeunes. On parle à Braga de plus de 2.000 figurants pour cette procession du vendredi saint.



Páscoa Procissão Tochas 2011 São Brás de Alportel publié par MrCarfrancis

J’ai également sélectionné une vidéo de la procession de la ville de São Bras de Alportel en Algarve, bien représentative du dimanche de Pâques, où le recuillement austère fait place à l’ambiance des couleurs claires et gais de l’annonce de la résurrection. Ce sont les messieurs qui portent les "torches fleuries".  
Je remercie les auteurs des vidéos pour leur publication.

mardi 26 mars 2013

Decouvertes dans les jardins de Sintra



C’est vrai que l’hiver est rigoureux cette année. Au Portugal cela veut dire pluvieux. L’année passée, on se plaignait que les barrages étaient presque vides. En ce moment, de ce côté, pas de soucis!
 
 




Mais il y a tout de même des éclaircies, et le temps passant trop vite, bientôt les jours ensoleillés inviteront à la découverte. Pour cela, quoi de plus beau que les jardins de Sintra.


Mais il y a tout de même des éclaircies, et le temps passant trop vite, bientôt les jours ensoleillés inviteront à la découverte. Pour cela, quoi de plus beau que les jardins de Sintra!




Cette ville se trouve à quelques 30  kms au nord de Lisbonne, tirant un peu sur l’ouest...
J’ai déjà fait plusieurs articles sur Sintra. Mais comme j’ai beaucoup de photos de cette jolie ville du Portugal, je pense que personne ne sera fâché.



 
Le mot magie est souvent utilisé pour décrire Sintra. Plusieurs palais sont sortis de terre au cours des siècles.
 
 
Des arbres venus du monde entier s’accoudent sur les pentes du massif qui les alimente de son sol humide et riche en humus; beaucoup d’entre eux sont devenus gigantesques.

 
Les ruisseaux gazouillent cachés sous des fougéres exubérantes. 
 
Fontaines dentelées, chapelles gothiques, monastères et demeures décorés de symboles, s’ajoutent au charme de l’environnement rempli de constrastes.

Les maîtres des lieux aimaient la sérénité du local et la beauté du travail des artistes. Les rois du Portugal passaient l’été dans ces palais de plusieurs styles et générations. Car en été le climat de Sintra est particuliérement agréable. Hors saison, on voit le massif souvent enveloppé d’une brume qui le rend un peu irréel.

On dit aussi que l’endroit est empreint de romantisme. Alors on choisit Sintra pour les mariages. Le décor s’y prête avec d’immenses jardins luxuriants qui se font concurrence entre eux.
 
En suivant les allées fleuries, nous sommes accompagnés par des statues qui semblent saluer les visiteurs et orienter leur route;
d’autres protègent l’entrée de grottes qui mènent à des tunnels aussi mystérieux que les histoires des légendes Sintra.



Sintra, Paisagem Cultural - Património da Humanidadecmsimprensa

jeudi 21 mars 2013

Bienvenue au printemps aussi au Portugal




Fleurs en Algarve
Le printemps est une saison magnifique pour voyager au Portugal. Même si de temps en temps il y a un peu de pluie, cela ne dure pas, et les températures sont très douces.



Donc il est très agréable de se promener et d’admirer les paysages où des milliers de petites fleurs s’épanouissent.

                 Fleurs de Sintra


Un autre avantage, on peut  visiter les remparts des chateaux forts ou autres monuments sans se plaindre de la canicule.


Dès l’âge de bébé, les petits enfants de Madère savent qu’il faut apprendre à défiler dans les “cortejos”. Cela peut être les processions, les défilés du Carnaval, ou la Fête des Fleurs (Festa da Flor). Après tout cela ne doit pas être plus difficile qu’un autre sport.

Festa da Flor Madeira 2012 Geringonça "Flores de Encantar" Flower Festival.

Rui Aguiar

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire sur la Fête des Fleurs de l’île portugaise de Madère, à l’éternel printemps. Je partage aussi avec vous mes regrets de n’avoir pas encore visité cette île, et l'espoir d’y aller un de ces jours.
 
Mais pour le moment je ne peux que contempler dans les vidéos, ces manifestations festives qui célèbrent le printemps, et qui, comme disait quelqu’un, seraient un des plus jolis spectacles de rue qu'on puisse voir.

L’île de Madère produit beaucoup de fleurs, des fleurs endémiques et des fleurs acclimatées au climat subtropical.

Pour le plaisir des yeux, voici encore des images des groupes de 2012 (merci aux auteurs des videos de permettre le partage)
 


Cortejo Festa da Flor 2012 | Madeira Flower Festival Cortege 2012 - Palheiro Residencepalheiro52b

Cette année la Fête des Fleurs de Madère est programmée pour le 9 au 15 Mai 2013, et une fois de plus les habitants de l’île rendront honneur à la douceur du printemps et à l’exubérante floraison de l’île.

Et si on veut aller au marché acheter un bouquer de fleurs, c’est ici, encore à Madère:

Festa da Flor MADEIRA 20 - 4 - 2012- 7º parteDomingos Perestrel


mardi 19 mars 2013

Une bonne odeur de chocolat a Obidos


 
Pour nous rendre à Obidos, il faut se trouver un peu au nord de Lisbonne, à quelques 80 kms. C’est une ville médiévale fortifiée toute en murs blancs ornementés de bleu ou de ocre, aux rues et ruelles étroites et pittoresques.

Depuis le Moyen Âge, la ville fait partie de la dot des reines du Portugal. L’une après l’autre, les reines ont gouverné la ville aux balcons en fer forgé et aux murs fleuris.

On peut faire le circuit des murailles jusqu’au château et admirer les paysages ondulés des alentours.

Mais ce qui m’a inspirée aujourd’hui à faire un petit texte sur la ville d’Óbidos du centre du Portugal, c’est de voir l’annonce de son “Festival du Chocolat” qui a lieu annuellement.

 


Cette année du 22 Février au 17 Mars.
Ainsi en ces jours d’informations maussades,  j’imagine que dans les ruelles d’Óbidos flottait une bonne odeur de chocolat, qui embaumait le coeur et l’odorat.



En vous invitant à une petite pause dans les nombreux cafés et bars de la ville.


Je n’ai pas de photos du Festival de Chocolat d’Óbidos (je n’avais pas encore d’appareil numérique).


Alors j’illustre tout de même le texte avec des gateaux portugais de la fête du chocolat de la ville de Loulé qui a eu lieu récemment.

Mais voici les tenues en chocolat de Óbidos et la vidéo de la TV locale (merci aux auteurs de permettre le partage):
.


Expositions, dégustation, concours de patisserie, workshops pour enfants… au bas des murailles d’un chateau de contes de fées,  tout un programme qui adoucit les esprits difficiles! 
Et qui chaque année attire des milliers de visiteurs à Óbidos pour le festival du chocolat.


jeudi 14 mars 2013

Une rencontre avec Tome de Sousa



 
Nous étions dans cette région verdoyante du nord du Portugal qu’on appelle le Minho (se lit Mignou). Notre but était de visiter l’église de style roman de Saint Pierre de Rates

Dans les environs il y a la “Route Romane” avec un grand nombre monuments intéressants du Xe et XIe siècle.
 
Notre petit brochure nous indiquait que le village de Rates est rattaché à la ville balnéaire de Póvoa de Varzim. 
 
Même en demandant à droite et à gauche, ce n’est que lorsque nous avons acheté une carte détaillée de la province du Minho, que nous avons pu identifier la localité de Rates! Donc pas facile à trouver.

 

L’église romane est belle et bien conservée, surtout quand on pense qu’elle a été construite bien avant que le Portugal soit devenu une nation indépendante.



Nous voici dans le centre historique de la localité de Rates. Quelques  monuments anciens témoignent de l’importance que ce bourg a eu dans l’histoire du Portugal.



Puis une petite place a attiré notre regard, et la curiosité de lire la plaque informative du lieu. Oui on le connait, Mr. Tomé de Sousa (ou de Souza). 

 



C’est bien lui le premier gouverneur du Brésil. C’est un fils du pays, né ici à Rates en 1503

 
 
Il semble un peu oublié et la statue modeste pour tout le travail que cet homme a fait au service du roi du Portugal.

Alors revenons à l’année 1500 lorsque le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral, en route pour l’Inde, accosta avec sa flotte en Amérique du Sud.  Quelques années plus tard, le roi du Portugal envoya des capitaines donnataires (en principe des nobles de la confiance du roi) qui ont prit possession de portions de terres qu’on appela des capitaineries héréditaires. La colonie Brésil de 1535 était ainsi formé de 15 capitaineries comme le montre la carte du site http://marcosaratu.blogspot.pt/2011_02_01_archive.html, où on voit les limites par les lignes horizontales:
 
Les capitaines avait les pouvoirs pour administrer ces possessions. Mais le roi Jean III (D. João III) recevait des informations que dans les capitaineries de la colonie Brésil c’était le désordre.

Alors le roi du Portugal Jean III, convoca un de ses hommes de confiance Tomé de Sousa et le chargea d’aller établir l’ordre dans la colonie et d’assurer sa protection contre les attaques d’aventuriers étrangers qui arrivaient maintenant dans la région.
En 1549 Tomé de Sousa est nommé gouverneur général. Il  a aussi comme mission de créer la structure administrative avec prefets, maires, tribunaux, etc. et de centraliser l’administration de la colonie qui avait déjá une trés grande surface.
Au Portugal on lui confia les plans d’une ville fortifiée qu’il devait construire dans la région de la Bahia de Todos os Santos.

Ainsi en 1549 fut fondée la première capitale de la colonie Brésil, la ville Salvador da Bahia dont les murs peints de couleurs claires allaient ressembler à quelques quartiers de Lisbonne. Il est dit que Tomé de Sousa participait lui-même avec les indiens à la construction des murs de la ville.
 
Avec lui arrivérent quelques 1000 hommes de plusieurs métiers et vocations, des soldats, des magistrats, des prêtres.
La pacification des indiens s’en trouva améliorée. Le gouvernement capitaineries a été remplacé par cette administration centrale d’un gouverneur général qui avait grand pouvoir sur les délégués locaux.
 




C'est á Salvador da Bahia que l'on trouve la plus extraordinaire exubérance de l'art baroque portugais, l´église de São Francisco du XVIIe siécle

Documentário - Igreja de São Francisco - A Caverna de Ouro! Parte - 1.mp4
.Lauro Passos
Le centre historique ce Salvador da Bahia avec ses monuments a été classé Patrimoine de l'Humanité par l'Unesco.
 
Le mandat de Tomé de Sousa dura jusqu’en 1553, l’année où il demanda au roi du Portugal de revenir auprés de sa famille. Il sera remplacé par un autre gouverneur.
Étant donné son importance administrative, Salvador da Bahia (qui s’appelait au début São Salvador da Bahia de Todos os Santos) allait se couvrir de monuments telles ses églises baroques. Le roi du Portugal envoyait dans les colonies ses meilleurs artistes.

dimanche 10 mars 2013

Les bibliothèques portugaises et le cataclysme


Il n'est pas rare qu'on trouve dans les listes des plus belles bibliothèques du monde le nom de deux bibliothéques portugaises que je connais; une est celle du couvent de Mafra, l’autre est celle de l’université de la ville de Coimbra.
 
 Entrée principale du Palais de Mafra
Dans la vidéo ci-dessous (merci pour le partage!), aprés quelques images de l'ensemble du monument, on voit la basilique puis finalement la bibliothèque : 



Palácio Nacional de Mafra - Mafra National Palace & Library publié par dreamshot
 
Le Palais Nacional de Mafra ou Couvent de Mafra est cette vaste construction qui débuta en 1717, ancienne résidence royale, situé à quelques 30 kms au nord de Lisbonne. Ce palais abrite la fameuse basilique aux 6 orgues, et le couvent oú vivaient plus de 300 monges.   

Plafond de la Basilique de Mafra



               Une des nombreuses statues de marbre de la basilique


La bibliothèque du Palais de Mafra qui s’étend dans une vaste salle de 83 m de long et 95 m de large, recouverte de marbre clair, contient quelques 36.000 livres anciens, rares et précieux, en plusieures langues, qui traitent des sujets qui faisaient le savoir de l’époque sur l’histoire, la philosophie, la géographie, la poésie, la médecine, l'anatomie, la religion, etc.

Les volumes sont soigneusement mis en valeur sur les étagères des structures au goût baroque du XVIIIe siècle.
 


 

Un autre trésor du patrimoine culturel portugais, est représenté la bibliothèque de l’Université de Coimbra. Là aussi c’est le domaine du baroque.
 

Très culte et aimant les arts, le même roi Dom João V du Portugal, procéda à la construction de cette magnifique bibliothèque universitaire vers l'année 1717.
 
                                                                         Portail d'entrée de la bibliothèque universitaire de Coimbra
 



En rentrant  dans la cour de l’ancienne université, on a accès à la bibliothèque par un portail ouvragé.
La bibliothèque de la ville de Coimbra, aussi appelée Joanina en l'honneur du roi João V, a été récemment classée la plus belle bibliothèque universitaire du monde, d’après le site d’informatioFlavorwire:
Sympathique!

Voici une vidéo qui nous fait visiter le monument, avec quelques images d'autres bibliothèques qui faisaient partie de la liste:
 

A Biblioteca Joanina é a mais bela do mundo publié parUnivDeCoimbra
 
La bibliothéque se compose de trois salles qui communiquent entre elles et que l’on visite pour admirer des chefs-d’oeuvre de plusieurs arts décoratifs et de la “talha dourada” (couverture à la feuille d’or), cette téchnique qui est devenue une des spécialités des artistes portugais. 
 
Dessin du plafond d'une des salles
Là on parle de 200.000 volumes qui témoignent de l’importance que le roi du Portugal attribuait aux savoirs du monde.

Dans ces deux bibliothèques, habitent des colonies de chauve-souris qui veillent sur la protection des livres anciens en détruisant les petits insectes qui pourraient les endommager.
Alors pourquoi le cataclysme? Simplement parce qu’au début du XXe siècle la population du Portugal se présentait avec un taux d’analphabétisme pas pensable! À la fin du XIXe siécle, on parle de d’un pourcentage de plus de 70%! La question se pose, pourquoi la tradition de valoriser les connaissances s’est-elle “assoupie”, dans un pays avec de si belles bibliothèques!

Pour terminer un peu de musique jouée dans cet espace artistique.


Cordis @ Biblioteca Joanina, Coimbra
Infernalord



mardi 5 mars 2013

Juana la Loca (Jeanne 1re de Castille)


J’ai fait connaissance avec le destin de Jeanne 1re de Castille en lisant le roman historique écrit para Yolanda Scheuber sur la vie de sa fille Catherine de Habsbourg (ou d'Autriche) qui est devenue reine du Portugal à la suite de son mariage avec le roi portugais Dom João III.
 
Les 3 églises dans une rue de Guimarães
 
L’extrait du film espagnol de la vidéo du post précédent, Juana la Loca (Jeanne la Folle) tourné en partie dans le château et le palais des ducs de Bragance de la ville de Guimarães (nord du Portugal), montre le moment de la première rencontre de la princesse Jeanne avec celui qui était devenu son mari Phillipe de Habsbourg (dit Philippe le Beau).
 
Jeanne quitte la Castille et embarque pour les Flandres, laissant derrière elle sa mère, frères et soeurs:



Juana de Castilla, llamada LA LOCA publié par marisayutub 

Quel triste destin attendait la jolie princesse Juana! Née à Toléde en 1479, elle était la fille d’Isabelle 1re de Castille et de Ferdinand II d’Aragon, qu’on appelle les Rois Catholiques.
 
Toiture du Palais des Ducs
Comme il était habituel, princes et princesses étaient dès leur naissance, destinés à des mariages de conveanance politique qui avaient pour but de créer des alliances stratégiques avec d’autres états dont on cherchait une association previlégiée.
 
Jardim de Guimarães

Conseillers d’état et diplomates organisaient des alliances. A 18 ans, Jeanne s’est vue mariée par procuration à Philippe le Beau, fils  de l’empereur Maximilien 1er d’Autriche.

Il était beau et riche car il avait reçu de son père les Pays-Bas et dès la mort de sa mére (Marie de Bourgogne)  l'Artois, la Franche-Comté et le Charolais.
Source:
(il aura céder la Bourgogne à la France, suivant un texte du net)
 
Philippe le Beau et Jeanne de Castille
Source:

Le mariage date de 1496 car Jeanne quitte la Castille et part rejoindre son mari aux Pays-Bas.  Ainsi les images tournées au Palais des Ducs de la ville de Guimarães, representeraient le moment où les deux princes se voient pour la première fois. Il est dit que :

« La première rencontre du couple se produit le 18 octobre à la ville de Lierre, proche à Anvers, en sentant les deux conjoints une attraction mutuelle qui les a avancé le mariage.... »
Source :
Jeanne devient profondemment amoureuse de son mari, qui soit-disant aimait d’autres jolies femmes, les aventures galantes et les fêtes. A mesure que le temps passe, sa femme se morfond de jalousie.

En 1504 survient la mort d’Isabelle la Catholique, reine de Castille. Jeanne avait reçu une éducation rafinée pour une princesse, mais n’avait pas la préparation politique qui l’aurait preparée pour être reine. Suite à la mort de son frère le prince héritier, puis de sa soeur Isabelle et d’un neveu, elle se trouve l’héritière du trône à la mort de sa mère la reine de Castille.
 
Toits de Guimarães

Jeanne et Philippe entreprennent leur retour des Pays-Bas en Espagne en 1506, où Philippe fait valoir les droits de sa femme au trône de Castille. Malgré sa proclamation comme reine, Jeanne est écartée du pouvoir par les intrigues et l’ambition de son propre père Ferdinand, de son  mari et plus tard par son fils Charles (le futur Charles Quint).

Conseillers et hommes d’État la déclarent inapte. Sa personnalité se trouble de plus en plus, suite à cette exclusion et aux abandons fréquents de son mari. Ils auront néamoins six enfant entre 1498 et 1507, qui à leur tour, deviendront rois et reines de plusieurs pays européens.  
 
En 1506 c’est la tragédie, Philippe le Beau meurt, prématurément, à l’âge de 28 ans. Sous l’immense chagrin, la débilité mentale de Jeanne devient plus apparente. Lorsque son mari est sur le point de mourir, Jeanne lui promet qu’elle le transportera à Grenade.
 
                                                                   Chapelle de rue
 
 
 
Jeanne est enceinte de sa dernière fille Catherine. En secret, elle prend le chemin de la meseta de Castille en direction au sud, avec une comitive qui transporte le cadavre de son mari Philippe qu’elle avait pris en adoration.
Ils machent des jours et des nuits en cortége funèbre. C’est dans la ville de Torquemada que Jeanne doit s’arrêter car elle sent les premiers signes de la future naissance de Catherine qui aura lieu le 14 janvier 1507. Jeanne continuera à luter pour maintenir la dépouille de son époux auprès d’elle, et qu’elle garde jalousement.
 
 
Façade baroque
 
Puis c’est l’arrêt à Tordesillas, où mère et fille sont enfermées, dans un palais/forteresse, d'où on leur interdit de sortir et où tous leurs mouvements sont surveillés. Les autres enfants de Jeanne lui avaient été enlevés et envoyés au Pays-Bas. Seule Catherine restera avec sa mère avec qui elle partage la solitude de ce château de la haute Castille. Jeanne deviendra Jeanne la Folle, avec des crises violentes que Catherine acompagne pendant toute son enfance.
 
Petit clocher
En 1525 nouveau déchirement dans la vie de Jeanne. Sa douce fille qui l’a accompagnée pendant ces années de souffrance doit la quitter.
Le coeur brisé, Catherine de Habsbourg reçoit l’ordre de rejoindre le Portugal, avec la comitive qui va l’ammener jusqu’à son mari le roi portugais, Dom João III.  Selon la biographie, elle appréciera les paysages riants du Portugal, elle y trouvera un mari aimant mais aussi beaucoup de chagrins.
    
 Broderies typiques
La reine Jeanne la Folle restera dans son « château-prison » sans pouvoir sortir, entourée de ses gardes,  pendant 46 ans jusqu’à sa mort en 1555.
Voilá, c’est un resumé que j'ai fait de mes lectures sur le destin de Juana la Loca, cette princesse et reine d’Espagne. J'accompagne le texte de quelques photos de la ville portugaise de Guimarães.