Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

samedi 28 mai 2011

Napoleon 1er et les invasions francaises au Portugal


Si on décrit souvent l’occupation de l’Espagne ou de l’Italie par Napoléon Bonaparte, il est plus rare de trouver des détails sur ses méfaits au Portugal ; peut-être est-ce par ce qu’il n’a pas réussi à installer sur le trône du Portugal un membre de sa famille!
Chef militaire de grand talent,  utilisant des nouvelles stratégies de guerre, Napoléon a crée un empire formé d’un grand nombre de nations européennes qu’il a conquises lors de ses campagnes et grâce au succès de nombreuses batailles.

A la fin du XVIIIe siècle, début du XIXe, plusieurs nations, à plusieurs reprises, se sont unies en coalitions pour combattre l’offensive armée de la France.

Il faut remonter à l’armée 1805, et à la désastreuse bataille de Trafalgar en Méditerranée, au cours de laquelle la flotte de coalition franco-espagnole a été anéantie, pour voir Napoléon abandonner tout espoir d’envahir le Royaume Uni ; cette défaite confirma définitivement la suprématie de l’Angleterre sur les mers. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Trafalgar

L’Empereur des Français décide, par le décret de Berlin de 1806, d’empêcher l’Angleterre de commercer avec le reste de l’Europe. Cette politique qui veut ruiner le Royaume Uni par des moyens économiques, a prit le nom de Blocus Continental ; ainsi tous les ports de l’Europe continentale doivent rester interdits aux navires britanniques.
Les pays occupés et alliés de la France ont suivi cette interdiction de tout commerce avec l’Angleterre.

                                              
Ligne du Blocus Continental (en noire)
Très dur dilemme pour le Portugal : en raison de sa vieille alliance avec l’Angleterre et des liens commerciaux entre les deux pays, le Portugal refusa d’entrer dans cette guerre et d’emprisonner les bateaux britanniques qui se trouvaient dans ses ports. Un conflit avec l’Angleterre aurait aussi entrainé des graves problèmes entre le Portugal et ses territoires d’outre-mer, car l’Angleterre dominait les océans. Voir mon message sur l’alliance avec l’Angleterre :
Joao 1er et Filipa de Lencastre
Faisant suite à ses menaces, Napoléon décida d’envahir le Portugal pour anéantir cette brèche du Blocus Continental.  La première invasion d’une armée commandée par Junot traversa l’Espagne et se dirigea vers Lisbonne où les soldats français accompagnés d’un contingent  d’espagnols, arrivent en Novembre 1807.
Même si au début certains segments de la société française croyaient que l’arrivée de ces occupants  serait accompagnée de la  propagation des  idéaux de la révolution française,  très vite ils sont déçus !
Pillant les villes et  villages  qu’ils traversent, les soldats fourbus et affamés,  terrorisent les habitants. Les officiers confisquent les biens de beaucoup de familles portugaises et s’installent dans les palais de la capitale. L’armée française domine tout le pays. On met en place des réquisitions de vivres et de tout ce qui est nécessaire à l’entretien de l’armée. On confisque l’or et l’argent qu’il peut y avoir dans les églises et couvents du Portugal pour aider à l’effort de guerre de la France.  
Le traité de Fontainebleau signé entre la France et l’Espagne prévoit le partage du Portugal et de ses colonies.

Carte des 3 invasions françaises

Ceux qui se révoltent sont fusillés. Le peuple portugais entreprend des actions de guérilla et demande le secours des alliés britanniques. En août de 1808, une armée anglaise commandée par le général Wellington débarque au nord de Lisbonne et, renforce les soldats portugais. Les français battus à Vimeiro, sont obligés de signer l’accord se Sintra et d’abandonner le Portugal.  Malheureusement, comme nous le racontent les livres d’histoire, les Anglais autoriseront les Français à emporter le gain et les objets des pillages.
Le Portugal souffrira encore deux autres invasions. Alors que l’Espagne mène une lutte extrêmement dure contre l’occupant français, en 1809, les troupes du général Soult envahissent le Portugal par le nord et marchent sur la ville de Porto.
Partout les français rencontrent une forte résistance des populations et sont obligés de se replier en Espagne poursuivis par les troupes anglo-portugaises après de durs combats et beaucoup de pertes des deux côtés en vies humaines.

Un modeste banc en azulejos de la ville d'Olhão en Algarve, remet en mémoire les révoltes de la population contre les soldats français à qui ils devaient remettre une grande partie des récoltes et de la pêche.







Pour la 3e invasion, en 1810, c’est au maréchal Masséna avec 65.000 hommes  que Napoléon confie la tache de venir à bout du Portugal. Il s'en suit une grande dévastation. Buçaco et Torres Vedras entre autres au nord de Lisbonne,  sont les batailles décisives  au cours desquelles l’armée française est finalement déroutée par l’armée anglo-portugaise commandée par Wellington.  
En 1807, la jour de la veille de l’arrivée de Junot à Lisbonne (1ere invasion), évitant ainsi l’emprisonnement et garantissant la souveraineté du pays durant l'occupation, la famille royale portugaise prenait la mer en direction au Brésil.

2009: Videos de la reconstituition de l'invasion française de 1809 - région de Porto (merci aux auteurs pour le partage) 200 ans après:







mardi 24 mai 2011

Le port de Sagres




Lorsque l’on parle de Sagres, on pense le plus souvent à la mythique forteresse situé à l’extrême ouest de l’Algarve, tout au sud du Portugal.

Vous pourrez voir mon message Sagres du bout du monde


Maisons de la ville de Sagres

Avant d'arriver à la forteresse, en traversant la ville du même nom, on s’aperçoit qu’il y a d’autres points qui ne manquent pas d’intérêt. 



Les habitations de l’avenue centrale on gardé leur caractère de maisons de village aux terrasses fleuries.  Elles ont des façades peintes de couleurs claires, et abritent souvent un petit restaurant, où l’on espère trouver un bon menu composé de poissons délicieux, fraichement pêchés dans la mer toute proche.






On loin on aperçoit îles et barrières qui protègent l’entrée du port. Les petits bateaux de pêche semblent parfaitement à l’abri dans la quiétude des eaux bleutées.



Les pêcheurs laissent traîner l’équipement de la pêche. La rampe est douce pour descendre les bateaux. On peut profiter pour tremper les pieds dans l’eau tiède et transparente.
  

Les poissons sont nombreux et semblent particulièrement heureux  de vivre dans cet enclos protégé, ignorant la proximité des pêcheurs et de leurs filets!



Après notre agréable repas, on peut flâner un peu dans le petite ville de Sagres, à l’ambiance tranquille. En descendant, on arrive au port de Sagres qui a des couleurs de carte postale.


Avec un peu d’expérience, on se rend compte qu’il est souhaitable de demander un des plats du jour. Chaque restaurant offre deux ou trois plats du jour différents. Cela permet d’attendre moins longtemps, et d’être plus sûr que notre nourriture est plus savoureuse et fraichement cuisinée.

On peut admirer les petites barques dont les couleurs vives se détachent du même bleu qui couvre le ciel et l’océan.


jeudi 19 mai 2011

En quittant la « Quinta da Regaleira »…


En quittant Sintra et la Quinta da 
Regaleira on a envie de dire qu’on y reviendra et qu’on y invitera les amis.
Nous a avons parcouru le puits initiatique (poço iniciático) des jardins, mais dans le sens contraire, car il aurait fallu rentrer par le passage supérieur au travers d’une porte de pierre qui s’ouvre en tournant sur elle-même et redescendre les paliers jusqu’au fond du puits ;

On atteint la lumière à travers le labyrinthe de grottes et de lacs.
 Le puits a l’aspect inversé, comme une tour avec un escalier en spirale, un « conduit mythique qui relie » les ténèbres et la lumière et qui s’enfonce dans la terre 27 mètres plus bas.(Wikipedia)

En nous promenant parmi la végétation luxuriante, nous avons aperçu l’entrée d’une grotte illuminée et avons progressé au travers d’un dédalle de souterrains, arrivant ainsi sans le savoir, au fond du puits initiatique. A partir de là, nous avons remonté l’escalier en spirale, alors que les visiteurs faisaient la visite en sens inverse.

Chaque coin du domaine a été travaillé et décoré, avec toutes sortes de représentations qu’il faudrait beaucoup plus de temps pour découvrir.  


Je me  permets de citer un site qui donne beaucoup d’informations en français sur les symboles de la « Quinta da Regaleira » :


ou cet autre lien qui renvoie à des informations détaillés sur l’histoire de ce lieu de plusieurs maîtres, et qui, déjà au XVIe siècle, aurait été attribué aux Templiers par le roi du Portugal :


 

               La serre du domaine



Au cours de notre promenade, nous nous sommes d’abord demandés ce que faisait là ce petit avion qui paraissait déplacé au milieu des jardins exotiques. Puis avons compris que les acteurs préparaient la scène où se déroulerait, dans l’après midi, la pièce Le Petit Prince  d'Antoine de Saint-Exupéry. Dommage il nous fallait partir. Nous avons pris un repas léger au bar de la fontaine, avant de quitter le domaine.  


Je suis d’avis que les sculpteurs de pierre devraient signer leurs œuvres comme le font les peintres ! On imagine volontiers un banc à proximité où le visiteur pourrait s’assoir et admirer ces chefs d’œuvre de patience et de savoir-faire.


 



 
A l’intérieur du palais les flashs sont interdits, alors il est difficile de faire des photos. Mais en remontant la tour principale, on peut avoir une belle vue sur les autres palais et autres contours de la montagne de Sintra, classée patrimoine mondial par l’UNESCO.Voir aussi  Voyager au Portugal et visiter Sintra


lundi 16 mai 2011

Voyager au Portugal et visiter Sintra




Sintra est une ville du Portugal souvent décrite pour faisant partie des environs de Lisbonne, où il est conseillé de se rendre lorsque l’on visite la capitale du Portugal.



Mais Sintra à elle seule mérite un plus long séjour.
Je rappelle mon autre message sur le palais Palácio da Pena: 
Aujourd’hui je souhaiterais vous faire connaître un autre  monument que beacoup  trouvent magnifique. C’est la Quinta da Regaleira (domaine de la Regaleira).
Il faut dire que les hommes et les dieux se sont associés pour construire Sintra, cette montagne du Portugal, située un peu au nord de Lisbonne.


 Il est dit dans la brochure que la Quinta da Regaleira « constitue un des plus surprenants et énigmatiques  monuments du paysage culturel de Sintra ».




Dès que l’on franchit le portail du domaine, on se retrouve dans une autre dimension, où la végétation luxuriante, l’imagination des constructeurs, le savoir-faire des artisans se sont unis pour créer un endroit féerique, mystique et plein de symboles.

 
Les allusions aux représentations des francs-maçons, des catholiques, des templiers, se retrouvent au milieu de pierres sculptées du style manuélin dans une fascinante harmonie.
Alors on prend un grand plaisir à visiter cet endroit privilégié, où la nature a inventé grottes, souterrains, cascades  et petits lacs, et où la multitude des espèces végétales nous rappelle que les navigateurs portugais ont, pendant quelques siècles, transporté les plantes exotiques  d’un continent à l’autre.
Comme j’aimerais connaître le nom de touts ces beaux arbres et plantes magnifiques qui s’élèvent autour des monuments et au-dessus des pierres brodées et murettes couvertes de mousse.



Les statues nous  accompagnent les longs des allées, et les fontaines et grottes ont des noms poétiques comme la fontaine de l’Abondance ou la grotte de l’Orient.

Et on part à la découverte ! 

Je vous invite aussi à vous rendre sur le blog d’une dame qui publie de très belles photos de Sintra (ci-dessous deux liens, j’espère qu’elle ne m’en voudra pas de citer son joli blog),  car Sintra vaut vraiment la peine d’être visitéehttp://laurejo.canalblog.com/archives/2009/06/23/14184318.html http://laurejo.canalblog.com/archives/2009/06/24/14183918.html 


samedi 14 mai 2011

Le Jardin Zoologique de Lisbonne


1.

Lorsque l’on visite Lisbonne, la capitale du Portugal, il y a un parc qui nous permet de passer de bons moments, c’est le Jardim Zoológico de Lisboa (le Zoo de Lisbonne).

Comme  pour pratiquement toutes les capitales, à Lisbonne il faut oublier la voiture, et visiter la ville à pied; pour les distances plus longues, utiliser les transports  en commun
2.

Le plan du Zoo permettra aux visiteurs de s’orienter, voici le lien: le plan du zoo
En cliquant sur les zones du plan, on peut les agrandir et découvrir où se trouvent les animaux et les activités. Le tout au milieu d’une végétation luxuriante, qui offre une agréable fraîcheur pendant les mois les plus chauds de l’été.

3.

 Le Jardin Zoologique de Lisbonne, crée en 1884, rassemble plus de 2.000 animaux repartis en 360 espèces. Le Portugal avait la possibilité d’amener des animaux de tous les continents.  Ce lien du site permet de découvrir les espèces présentes dans le Zoo de Lisbonne:liste des animaux du zoo




Le zoo améliore sans cesse ses installations et beaucoup de jeunes naissent dans le parque, pour la plus grande joie de tous.
Il y a des bébés d'animaux d'espèces rares et d'autres menacées.








                                                                                                    4


Les visiteurs qui ne craignent pas les hauteurs, peuvent prendre le téléphérique pour avoir un autre point de vue des animaux. Les petites télécabines passent au-dessus des enclos. C’est assez impressionnant surtout si tout en bas on voit les lions !
                                            



On peut être aux premières loges pour assister aux repas des animaux .


La voilière des flamands roses est toujours digne d’être admirée.



5
La conservation des animaux et la préservation de la biodiversité font partie des objectifs de l'administration du Jardim Zoologique de Lisbonne. Des partenariats et parrainages ont été établis avec des particuliers et avec des institutions.



Lors des spectacles,  les dauphins nous charment avec leurs performances et leurs acrobaties.





lien du site du Zoo de Lisbonne
Les animaux de ferme ne sont pas oubliés et on leur espace dans la Quinta.Les enfants pourront être en contact avec les animaux de la ferme : lapins, moutons, cochons, ânes, chèvres, etc…



Je remercie le Zoo de Lisbonne à qui j'ai demandé quelques photos des animaux, et qui m'a envoyé les 5 photos que j'ai numerotées de 1 a 5.

dimanche 8 mai 2011

A queda do Imperio chantee par Vitorino (la chute de l'Empire)

Vitorino est un chanteur portugais qui chante et compose des chansons d’origine populaire, mais qui a aussi beaucoup fréquenté d’autres chanteurs « engagés » d’avant la révolution du 25 Avril 1974.
Le Portugal a souvent une relation très sentimentale avec les sujets qui traitent des anciens territoires d’outre mer. Peut-être parce que le Portugal y a construit tant d’églises et que, là-bas naquirent tant d’enfants des portugais.

Beaucoup disent que « la chute de l’Empire » est une des plus belles chansons portugaises. Les paroles, très poétiques, sont inspirées des grands voyages du Portugal. Les mots simples, créaient des tableaux d’émotions, dans un mélange de grandeur et de faiblesses. 


Vitorino chante seul



Vitorino chante accompagné


J’ai préparé une traduction libre, qui j’espère aidera ceux qui ne comprennent pas le portugais, à apprécier cette jolie chanson du Portugal (merci à ceux qui permettent le partage des videos). Vous pourrez voir l'odysee des Portugais de Mazagan

A queda do império                     La chute de l’Empire
Perguntei ao vento                         J’ai demandé au vent
Onde foi encontrar                         Où avait-il trouvé
Mago sopro encanto                      Mage souffle enchantement
Nau da vela em cruz                        Vaisseau à la voile en croix

Foi nas ondas do mar                 C’était sur les vagues de la mer

Do mundo inteiro                               Du monde entier

Terras da perdição                                Terres de perdition

Parco império mil almas                Modeste empire mille âmes

Por pau de canela e Mazagão           Pour bâton de cannelle et Mazagan


Pata de negreiro                      Patte de négrier


Tira e foge á morte                Prend et fuit la mort

Que a sorte é de quem              Car la chance est de qui

A terra amou                        La terre a aimé

E no peito guardou                    Et dans le cœur a gardé

Cheiro da mata eterna                 Odeur de forêt éternelle

Laranja Luanda                         Orange Luanda

Sempre em flor.                          Toujours en fleur.


jeudi 5 mai 2011

L’odyssee des Portugais de Mazagao (Mazagan)


Imaginons toute une ville qui déménage et traverse l’Atlantique !
C’est bien cela qui est arrivé à Mazagão.

L’histoire est bien lointaine, mais elle est aussi bien documentée.

Dès le début du XVe siècle le Portugal a regardé vers l’horizon maritime et s’est aventuré en dehors de ses frontières. Plusieurs villes du Maroc ont été conquises et leur remparts construits pour devenir des comptoirs stratégiques. Ainsi on dit que se sont les maures les constructeurs des forteresses du Portugal lorsqu’ils ont occupé cette partie de la péninsule ibérique ; et à leur tour, les portugais ont été les bâtisseurs de beaucoup de murailles qui se trouvent en territoire marocain !

Les raisons les plus cités pour ces conquêtes, c’est que cela serait un moyen d'empêcher les pirates d’attaquer le sud du Portugal, cela irait dynamiser le commerce avec le continent africain,  et  protégerait le voyage des caravelles le long du pourtour de tout le continent africain.
 

Ceuta, Tanger, Sebta, Boujdour, Alcácer Ceguer (Al Qsar al Seghir), Arzila (Asilah), Azamor Safim (Safi), Mazagão (Mazagan), Mogador (Essaouira), et autres, sont autant de noms et de murailles liés à la présence portugaise de plus de trois siècles en terres marocaines.


Ainsi, vers l’année 1500, les portugais fondèrent l’entrepôt de Mazagão, aujourd’hui El Jadida, et bâtirent les fortifications de cette ville, située au Maroc, a quelques 90 km au sud-ouest de Casablanca. La construction d’une ceinture de très fortes murailles rendit la citadelle imprenable.

Pendant plus de deux siècles, la ville portugaise de Mazagão résista aux violents assauts des armées musulmanes. La forteresse a été conçue de manière à permettre l’entrée des caravelles dans la ville au travers d’un canal d’accès à la mer, entouré de hauts murs. Le ravitaillement venant du Portugal, était assuré par mer, car les habitants de Mazagão vivaient isolés et en lute presque constante contre les milliers de soldats marocains qui, à intervalles réguliers, assiégeaient la ville. Voici un lien d’un site qui montre de très belles photos de remparts de Mazagão :
Mazagão résistait en tant que bastion d’un royaume chrétien, pendant que les autres forteresses du Maroc où étaient aussi sculptés les blasons du Portugal, passaient dans d’autres mains.  
Finalement en 1769, le roi du Portugal Dom José 1er décida qu’il fallait abandonner Mazagão car il devenait de plus en plus difficile de supporter le siège des armées marocaines.
L’évacuation de la cité a été organisée par Lisbonne qui envoya plusieurs bateaux pour le transport d’une population de plus de deux milles personnes. Hommes, femmes et enfants,  se sont vus obligés de quitter cette ville où pour la plupart, ils y étaient nés, avec leurs biens, vêtements, nourriture, meubles, armes…Les prêtres emportaient les objets religieux, les soldats leurs armes, et les fonctionnaires les livres et sceaux de la cité.
Le grand déménagement eut lieu et toute la population de Mazagão prit la mer en se dirigeant vers Lisbonne, pendant que, derrière elle, l’armée marocaine occupait la ville.  
Pendant ce temps, le roi du Portugal, étudiait sa stratégie d’implantation des sujets de son royaume dans les régions de son empire qui était particulièrement dispersé ! Il fallait bien compter, car le Portugal, est un petit pays, et en ce temps-là avait peu d’habitants.
En l’année 1769, il y avait urgence à occuper le Brésil. Le destin des habitants de Mazagão était tout tracé. Après un séjour de quelques mois à Lisbonne, pour préparer un voyage encore plus long, les voilà à nouveau dans d’autres bateaux pour une traversée de l’Atlantique qui les amènerait en Amazonie pour y construire la Vila Nova de Mazagão au nord de Belem.
Une ville traversa l’Atlantique pour se reconstruire sur un autre continent.
Les conditions furent extrêmement difficiles pour cette population qui devait survivre au milieu d’une forêt tropicale, dense et humide, très différent de l’environnement qu’ils avaient quitté. Des terres et des maisons furent attribuées à ces colons. La ville devint prospère jusqu’à l’apparition d’épidémies qui poussèrent les habitants à se déplacer et à construire une autre ville à quelques 30 kms de distance.
La première ville construite, après avoir été  abandonnée, a prit le nom de Mazagão Velho (Vieux Mazagan). Engloutie par la forêt, elle revit aujourd’hui grâce aux fouilles archéologiques qui remettent à jour une partie de l’histoire de cette population qui voyagea depuis l’Afrique. Je vous invite à regarder deux sites sur les fouilles archeologiques de la vieille citée:  




Il est dit que, encore aujourd’hui, dans cette région du Brésil, ont continue à fêter São Tiago (Saint  Jacques) avec des représentations des combats des chrétiens contre les maures (en souvenir des lointains encêtres) !   

Au Maroc, la ville d’El Jadida (Mazagão) attire beaucoup d’amateurs d’histoire. Avec ses murailles, églises et sa majestueuse citerne portugaises, El Jadida a été classée au patrimoine mondial par l’Unesco en 2004.
De nombreuses études ont été écrites sur l’odyssée des habitants de Mazagão. On peut citer le livre de l’historien français Laurent Vidal « Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique », dont voici  un lien pour la presentation du livre :


dimanche 1 mai 2011

Decouvrir Avril au Portugal





On se souvient d’une chanson qui était chantée  en France dans les  années 50 et qui parlait d’Avril au Portugal. J’ai pu trouver les paroles sur plusieurs sites du net (merci à leurs auteurs !).
                        Avril au Portugal 
Je vais vous raconter ce qui m'est arrivé
Sous un ciel où l'été s'attarde,
Histoire d'amoureux, voyage aventureux,
Que pour les jours heureux je garde.

Un grand navire à quai, la foule débarquait,
Deux yeux sous des bouquets regardent,
L'amour devait rôder puisqu'on s'est regardés
Et que mon cœur s'est mis à chanter...

Avril au Portugal, à deux c'est idéal,
Là-bas si l'on est fou, le ciel l'est plus que vous,
Pour un sentimental l'amour existe-t-il
Ailleurs qu’au Portugal, en avril.

Le soir sous mes yeux clos, glissant au fil de l'eau,
Je vois par le hublot la rive,
Des voiles de couleur, de lourds parfums de fleurs,
Des chants de bateleurs m'arrivent...

Tout ça berce mon cœur d'un rêve de bonheur
Dont les regrets ailleurs me suivent,
L'amour devait savoir en nous suivant le soir,
Que j'aimerais un jour la revoir...

Avril au Portugal, à deux c'est idéal,
Là-bas si l'on est fou, le ciel l'est plus que vous, 
Mais sans penser à mal, son cœur attendra-t-il
Que j'aille au Portugal, en avril
 Paroles chantées para Yvette Giraud


Cependant, pour les visiteurs, la météo peut décevoir car en Avril au Portugal, il pleut assez souvent. Avec son expérience de la vie, le peuple dit « em Abril, águas mil » ce qui veut dire «en Avril, de l’eau par milliers »!


C’est l’époque que l’anticyclone des Açores, qui normalement stationne au dessus du Portugal garantissant un ciel bleu profond, se déplace vers d’autres parages, en principe vers le nord de l’Europe.

Il laisse ainsi le champ libre aux vents de l’ouest qui  envahissent  la péninsule ibérique, en repoussant de gros nuages sombres, chargés d’eau.
  
Alors, bien que les températures se maintiennent douces et agréables, la pluie est souvent  présente!



Mais en visitant le Portugal au mois d’avril, on peut toujours profiter d’une nature énormément fleurie et embellie.


Ce sont des plantes indigènes qui composent les couleurs des plus beaux tableaux. 

C'est un ravissement de se promener dans les  champs des plaines et des collines.


Et en partant à la découverte de cette biodiversité, on est sûr de trouver une flore endémique très riche, avec de ravissantes petites plantes sauvages qui nous étonnent par leur formes et floraison.


Il faut s’aventurer un peu dans les montagnes où l’action de l’homme est réduite, pour découvrir tant d’ espèces qui poussent naturellement.


L’Algarve (la région du sud du Portugal continental) est baigné par l’atlantique. Cependant la végétation que l’on y trouve est constituée de plantas caractéristiques, adaptées au climat méditerranéen.




Pour revenir à « Avril au Portugal », au début la chanson s’appelait « Coimbra ». Traduite en plusieurs langues, elle a fait le tour du monde. C’était une chanson dédiée à la beauté de la ville de Coimbra, rendue populaire par la chanteuse de fado Amália Rodrigues.
Coimbra é uma lição
De sonho e tradição
O lente é uma canção
E a lua a faculdade
O livro é uma mulher
Só passa quem souber
E aprende-se a dizer Saudade...

Coimbra do choupal
Ainda és capital
Do amor em Portugal, ainda...
Coimbra onde uma vez
Com lagrimas se fez
A história desta Inês, tão linda

Coimbra das canções
Tão meiga que nos pões
Os nossos corações, à luz
Coimbra dos doutores
Pra nós os teus cantores
A fonte dos amores és tu!

Coimbra é uma lição
De sonho e tradição
O lente é uma canção
E a lua a faculdade
O livro é uma mulher
Só passa quem souber
E aprende-se a dizer, Saudade...

Paroles du compositeur portugais Raul Ferrão (1947)

Voici un lien pour écouter Amália Rodrigues dans Coimbra:

Voir aussi mon message:  Printemps fleuris au Portugal