Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

dimanche 28 octobre 2018

Laissons parler les bateaux



Pionniers dans la création de cette nouvelle réalité planétaire qui par les voyages maritimes à partir du XVe siècle, reliait tous les continents, les navigateurs Portugais ont eu besoin de nouveaux et de grands bateaux, de beaucoup de bateaux!
Chantier naval, construction de caravelles, Lisbonne
http://marinhadeguerraportuguesa.blogspot.com/2015/08/a-evolucao-dos-navios-da-armada-real.html
source image:http://jmbd1945.blogspot.com/2011/03/construcao-e-navegacao-de-antanho.html
Estaleiro da Ribeira das Naus, Lisboa
De nombreux chantiers navals furent construits aussi bien à Lisbonne, que dans d'autres villes le long des côtes du Portugal.
Mais les rois portugais n'oubliaient pas les colonies, car de grands navires furent construits dans les chantiers navals du Brésil-colonie, et même dans les territoires portugais en Inde, Cochin et Goa.
Ville de Goa de l'Atlas de Braun et Hogenberg, 1600

Vista de Goa, in Braun e Hogenberg, 1600 (Wikipedia
Voici l'histoire de quelques uns de ces navires historiques qui ont certainement beaucoup de choses à raconter!
Ils servaient pour le transport des marchandises jusqu'à Lisbonne, mais devaient en même temps être equipés de moyens de capacité combattante contre les ataques de toutes sortes: 
Le "SANTA CATARINA DO MONTE SINAI"de 800 tonneaux et de près de 140 canons, était un vaisseau de la flotte portugaise construit en 1512 au chantier naval de Cochin en Inde. Ce navire a fait partie de la flotte portugaise de la Route des Indes.
A «SANTA CATARINA DO MONTE SINAI»
Esta nau portuguesa de 800 tonéis foi um dos maiores e mais poderosos navios do seu tempo. Foi construída nos nossos estaleiros de Cochim, na Índia, em 1512. Estava armada com 140 temíveis peças de artilharia, algo de (quase) inédito nesses tempos. A «Santa Catarina do Monte Sinai» manteve-se, sem interrupção, na carreira da India.

J'ai pris plusieurs de ces explications sur le net, en particulier le site de la marine portugaise:
http://marinhadeguerraportuguesa.blogspot.com/2015/08/a-evolucao-dos-navios-da-armada-real.html



Voici le "SÃO JOÃO BAPTISTA" (connu sous le surnom de Botafogo) qui était un galion au service de la marine portugaise au XVIe siècle, construit au Portugal vers 1534. Avec quelques 1000 tonneaux, à son époque, il était considéré le navire de le plus puissant du monde.Le navire était armé de 366 canons, ce qui lui donnait une énorme puissance de feu. Pour cette raison, on lui a donné le surnom de Botafogo.
L'un des membres de l'équipage du galion, João Pereira de Sousa - un noble de la ville d'Elvas - est devenu célèbre car il était responsable de l'artillerie du navire. Il a donc également reçu le surnom de "Botafogo". qui a inclus son surnom dans son nom de famille, en passant ce nom à ses descendants. Plus tard, lorsqu’il s’installa au Brésil, la Couronne portugaise lui donna des terres dans la baie de Guanabara, une région connue de Botafogo qui prenait le nom du propriétaire des terres. Ces terres ont constitué le quartier actuel de la ville de Rio de Janeiro.
O «SÃO JOÃO BAPTISTA»
Este galeão 1.000 tonéis, foi construído em Lisboa (no reinado de D. João III) por uma equipa de técnicos e de artífices dirigidos pelo mestre João Galego. Foi considerado o mais poderoso navio do seu tempo, já que, segundo notícias que chegaram aos nossos dias, dispunha de 5 baterias equipadas com um total de 366 canhões de bronze; além de um esporão de proa, capaz de esventrar qualquer navio da sua época. A potência de fogo do «São João Baptista» era de tal ordem, que o galeão recebeu o nome de 'Botafogo'.
Le "PADRE ETERNO", galion portugais construit à Rio de Janeiro, qui, après 4 ans de construction, será lancé en 1663. Il a été considéré comme le plus grand navire de son temps (XVIIe siècle), transportant 144 pièces d'artillerie et capable de transporter jusqu'à 2 000 tonnes de marchandises. (wikipedia).
O «PADRE ETERNO»
Galeão português de meados do século XVII. Foi construído (com madeiras tropicais e por iniciativa de Salvador Correia de Sá) no Rio de Janeiro, no estaleiro da ilha do Governador, para fazer face às constantes ameaças e ataques dos navios da Companhia Holandesa das Índias Ocidentais. Com 53 metros de comprimento e capaz de deslocar 2.000 toneladas em plena carga, o «Padre Eterno» foi lançado à água em 1663. Estava artilhado com 144 bocas-de-fogo distribuídas por duas cobertas. Durante a sua primeira viagem a Lisboa, ocorrida em 1665, o «Padre Eterno» suscitou a admiração da gente da cidade e prendeu a atenção dos espiões estrangeiros a operar na capital portuguesa. O «Mercúrio Português», uma gazeta da época, não teve dúvidas em classificá-lo como o maior navio do mundo. Este prodígio da nossa construção naval perdeu-se, algum tempo mais tarde, no oceano Atlântico e Índico em ano e circunstâncias que não conseguimos apurar.

J'ai lu récemment dans un article du net, une histoire qui fait allusion au navire portugais PADRE ETERNO»!
https://www.chasse-maree.com/melgueiro-un-explorateur-de-legende/
Il est écrit que le capitaine portugais David Melgueiro quitte Kagoshima (au Japon) à bord du navire le Padre Eterno, le 14 mars 1660, en faisant route le long la côte tout au Nord, soit-disant en bénéficiant d'une année de températures plus clémentes, vers le Groenland, en passant par l'ouest de l'Écosse et l'Irlande, et serait arrivé à Porto, sa ville du Portugal.
Les dates sont un peu décalées,mais depuis le temps,les "archives" ont peut-être pu être confondues ! 

Galion Portugais du 17ème siècle, le "SANTISSIMO SACRAMENTO" a été construit dans la ville de Porto en 1667 et utilisé pour la défense de la côte portugaise contre les pirates d'Alger. Ils craignaient la puissance de feu de ce navire armé de 60 canons. En février 1668, sur l'ordre du général Francisco Correia da Silva, le "Santíssimo Sacramento" était l'amiral de l'escorte d'une flotte de 50 navires emmené dans notre colonie d'Amérique du Sud. . Le 5 mai de la même année, le galion (transportant entre 400 et 600 passagers) s'est perdu, échoué, dans les bas-fonds de Santo António, près de la côte de Bahia. Les secours de la ville de Salvador sont arrivés en retard sur le lieu de la catastrophe et ont été témoins de la destruction totale du navire et de la mort de la plupart de ses occupants.

O "SANTÍSSIMO SACRAMENTO»
Galeão português do século XVII. Foi construído na cidade do Porto em 1667 e utilizado na defesa da costa portuguesa contra os piratas de Argel. Que temiam o poder de fogo deste navio armado com 60 canhões. Em Fevereiro de 1668, às ordens do general Francisco Correia da Silva, o «Santíssimo Sacramento» foi o navio-almirante da escolta de uma frota de 50 navios, que a Companhia Geral do Comércio do Brasil levava para essa nossa colónia da América do sul. No dia 5 de Maio desse mesmo ano o galeão (que transportava entre 400 e 600 passageiros) perdeu-se, por encalhe, nos baixios de Santo António, junto à costa baiana. Os socorros enviados da cidade do Salvador chegaram tarde ao local do desastre e apenas para poderem constatar a destruição completa do navio e a morte da maioria dos seus ocupantes. O drama do «Santíssimo Sacramento» esteve esquecido durante muito tempo.
Parmi les objets récupérés au cours des campagnes de plongée des représentants de la Marine brésilienne,  on trouve les suivants :
34 canons en bronze et huit canons en fonte, de différentes provenances, datés de 1590 à 1653;
2 astrolabes en bronze dont un datant de 1624;
5 barres de papier, en bronze;
large assortiment de céramiques, l'accent étant mis sur l'équipement personnel du général Correia da Silva;
images sacrées en terre cuite et plomb;
pièces d'argent, pièces portugaises et espagnoles;
des milliers de balles de plomb dans des pots en terre (Wikipedia)

source image:http://jmbd1945.blogspot.com/2011/03/construcao-e-navegacao-de-antanho.html
Ces chantiers navals des territoires d'outre-mer étaient également importants car ils permettaient que les réparations des navires aient lieu à leur arrivée dans ces territoires si lointains. 
Dans le port de Lisbonne : départ de la flotte pour le Brésil
Departure from Lisbon for Brazil, the East Indies and America, engraving from c.1592 by Theodor de Bry (Flemish, 1528-1598), illustration in America Tertia Pars. Location: Service Historique de la Marine, Vincennes (Wikipedia)
Le débarquement des Portugais au Brésil Roque Gameiro & Conc. Silva. - Lisboa : José Bastos

Si la mer était un lieu de gloire pour de nombreux navigateurs, les tragédies ont fait partie de nombreux de ces voyages maritimes.
Les récifs, les tempêtes, les ataques de pirates ou des navires concurrents, tout cela formait le scènario de la perte de centaines de navires et de leurs équipages, dont voici quelques exemples:

Inauguré pour le premier voyage des Portugais vers l’Inde en 1502, le "FLOR DO MAR" (Fleur de la Mer) était à l’époque le plus gros navire de la flotte nationale. Avec ses 700 tonnes, il participe en outre à de nombreuses victoires navales en Asie du Sud-Est. Il finira pourtant emporté dans une tempête à Sumatra en 1511. (information du net)

A "FLOR DO MAR" foi uma nau (especificamente um galeão ) portuguesa que participou em vários acontecimentos marcantes no oceano índico até ao seu naufrágio em 1511no estreito de Malaca. A embarcação foi construída em Lisboa, em 1502, com capacidade de 400 toneladas.
Na ocasião transportava Afonso de Albuquerque, de regresso da conquista de Malaca, com um imenso espólio e tesouros para Manuel I de Portugal, que se perderam, tornando-a um dos mais míticos e cobiçados tesouros perdidos da História (Wikipedia). 

Histoire tragico-maritime, de Bernardo Gomes de Brito, 1736-1736 : relation de Diogo do Couto
Diogo do Couto, "Naufragio da nau S. Thomé", in História trágico-maritima, de Bernardo Gomes de Brito, 1735-1736

La liste des tragédies est longue et se passe dans les endroits les plus inespérés:
...En janvier 1627, une tempête exceptionnelle dans le golfe de Gascogne provoqua le plus terrible nau­frage de l’histoire de la marine portugaise. Sept navires coulèrent, dont deux énormes caraques des Indes chargées de toutes les richesses de l’Orient, et cinq galions de guerre qui les escortaient ...
source:https://editionschandeigne.fr/livre/le-naufrage-des-portugais-sur-les-cotes-de-saint-jean-de-luz-darcachon-1627/
source image:http://projetoabramar.blogspot.com/p/projeto-nau-da-historia-naufragios-de.html

17 commentaires:

  1. ils étaient beaux ces bateaux mais c"était pas facile de naviguer dans ce temps la pour traverser les mers
    bisous

    RépondreSupprimer
  2. A arte naval foi aperfeiçoada de um modo irreversível por Portugal.
    Boa semana

    RépondreSupprimer
  3. Um tema bem interessante repleto de histórias e HISTÓRIA!!!bj

    RépondreSupprimer
  4. Salut,
    J'aime bien ces bateaux d'une autre époque.
    Il fallait avoir beaucoup de courage pour naviguer vers des régions inconnus.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  5. Waouh! C'est tellement fascinant de voir ces bateaux...
    On imagine des aventures impressionnantes au coeur des autres temps et l'on se dit que les marins avaient un courage incroyable pour braver les mers déchaînées, les tempêtes et les conditions climatiques extrêmes.
    Magnifique ton billet Angie, j'ai pris un grand plaisir à sillonner ton texte et ta documentation
    Gros bisous et une belle journée pour toi
    Cendrine

    RépondreSupprimer
  6. Salut
    C'est sûr on est dans l'hiver.
    Il fait froid le matin.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Des bateaux fabuleux dont on a aujourd'hui quelques répliques...ça ne devait pas être évident de prendre la mer avec ces embarcations dont la forme ne facilitait pas une navigation aisée....
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  8. Oi Angela como vão as coisas do lado de cá?
    Sobre essa embarcação Flor do Mar, buscam até hoje os seus tesouros,
    não só dessa como de algumas na história.
    Só tem cultura e informações ótimas nestes teus blogues, muito
    bom...
    Tem alguma réplica ou embarcações da era colonial em Portugal?
    existe algum museu só de embarcações no país?
    Tenhas uma boa entrada de mês.
    PAZ E BEM.

    RépondreSupprimer
  9. Conhecimento. Aprendizado. Excelente pesquisa em textos e fotos! Perfeito! Parabéns!
    Abraço.

    RépondreSupprimer
  10. Salut
    Temps froid pour la Toussaint.
    On sort quand même faire les courses.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Um trabalho longo e pesado para este tipo de comunicação social...
    Para ser frequentado por estudiosos do assunto...
    Abraços
    ~~~

    RépondreSupprimer
  12. Bom dia, Ângela
    Muito boa, esta reportagem. É um tema sobre o qual gosto sempre de ler (e ver... 😉)
    No Dia da Mãe, em Maio passado, fui com a minha filha e duas netas visitar a fragata D.Fernando, fundeada no Tejo. ADOREI e tirei imensas fotos.

    Bom Fim-de-semana
    Beijinhos
    MARIAZITA / A CASA DA MARIQUINHAS

    RépondreSupprimer
  13. Um trabalho muito interessante sobre uma parte gloriosa da nossa história. Gostei de ler.
    Abraço e bom fim de semana.

    RépondreSupprimer
  14. Les portugais sont un grand peuple de navigateurs qui ont été parmi les premiers à explorer le monde Bon dimanche Angie

    RépondreSupprimer
  15. Um post repleto de informação e História. Beijinho Angela e boa semana.

    RépondreSupprimer
  16. Salut,
    On a beau temps .
    Un beau soleil avec seulement 10°.
    On se couvre pour sortir.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer

Je serais ravie de recevoir vos commentaires. Ils seront moderes avant d etre publies. Merci.